Présentation du thème : le métier de sculpteur

LE METIER DE SCULPTEUR

On ne compte plus, quel que soit le pays concerné, les monographies, études, synthèses et catalogues d’exposition sur la sculpture du XVIIIe siècle. Le style, la littérature artistique – entendue au sens large du terme – la diffusion et réception des modèles, la culture des commanditaires, l’iconographie sont autant de thèmes étudiés depuis maintenant de nombreuses années. Longtemps, le métier est resté, dans ces études, au-delà des traditions historiographiques nationales concernées par le programme Arquimesa, un thème marginal, souvent cantonné à la seule évocation des grands foyers, l’exemple des grands ateliers ou d’artistes majeurs. Jamais le sujet ne fit l’objet d’une étude basée sur l’analyse comparatiste de corpus archivistique.

Cela ne veut pas dire que l’on se soit désintéressé du sujet. En France, dans certaines provinces allemandes, italiennes, espagnoles il y eut, dès le XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, une tradition historique qui permit la publication ponctuelle de documents portant sur le cadre d’exercice du métier (les guildes, collèges ou confréries), la formation (apprentissage, compagnonnage et maîtrise), la vie sociale, religieuse ou intellectuelle des sculpteurs. Mais force est de constater que cette tradition resta le fait de revues savantes souvent liées aux sociétés historiques locales, dont les publications étaient peu diffusées ou difficiles d’accès. Cette tradition s’estompa avec le temps. La raison est à chercher dans l’évolution de l’histoire de l’art qui, en s’érigeant en discipline propre, s’est parfois coupée des travaux des érudits. L’histoire des métiers par exemple semblait appartenir davantage à l’histoire économique et matérielle qu’à l’histoire des formes et ne correspondait plus aux débats historiographiques du moment.

On admit que le métier de sculpteur avait connu une évolution considérable au XVIe siècle selon un modèle qui s’était forgé au Quattrocento en Italie avant de se répandre dans le reste de l’Europe tout au long du XVIe siècle. De pratique artisanale, la sculpture serait devenue un art libéral, savant, émancipé des structures médiévales d’exercice et de formation. Le sculpteur aurait acquis un nouveau statut, celui d’artiste. Son métier, et la perception que l’on en avait, aurait évolué ; les témoignages de réussite, de reconnaissance sociale se seraient multipliés. Suivant un schéma de progrès, ce phénomène se serait répandu des États italiens vers le reste de l’Europe tout long du XVIe siècle selon une logique diffusionniste dont la création des Académies aux XVIIe et XVIIIe siècle serait l’aboutissement.

L’histoire sociale de l’art permit, dans les années 1970, une première réévaluation de cette conception traditionnelle. À ce schéma de progrès communément admis, de nouvelles études, basées sur les archives, apportèrent une vision beaucoup plus contrastée du métier de sculpteur, mettant en lumière des réalités très diverses  : chez quelques sculpteurs évoluant dans des milieux favorisés, une réelle évolution du statut social, des procédés de formation et d’exercice du métier ; dans d’autres cas, on notait un conservatisme voire un protectionnisme des structures collégiales, une absence de considération et d’ascension sociale, une continuité de modes de formation.

Ces études firent  apparaître l’impérieuse nécessité d’une étude du métier de sculpteur basée sur l’analyse comparée de sources primaires. De ce point de vue,  l’attribution d’un financement, en 2011, par la Commission Européenne, au projet Artifex sur « la formation des artistes en Europe centrale jusque vers 1800 » (Université de Trèves) atteste, s’il en était besoin, de l’actualité du sujet mais aussi de l’obligation d’élargir les recherches aux territoires couverts par le programme Arquimesa –  les péninsules italienne et ibérique, les terres occitanes et les îles de la méditerranée occidentale – afin de mieux cerner la réalité du métier de sculpteur.

 

Livres de raison et correspondances de sculpteurs au XVIIIe siècle 

 

La première action, dans le cadre du projet sur le métier de sculpteur, est consacrée aux  « Livres de raison et correspondances de sculpteurs au XVIIIe siècle ». Outre la mise à disposition, ce projet entend analyser et confronter de sources extrêmement rares. Ces sources, qui relèvent d’écrits au statut divers (écrits du for privé ou du for extérieur dans le cas de lettres destinées à être lues en public), livrent des informations concernant autant l’activité professionnelle (les réseaux, le fonctionnement d’un atelier, la relation aux commanditaires, la transmission des savoirs, méthodes, techniques), que de l’intime, de la vie sociale, culturelle et religieuse, enrichissent notre connaissance du métier.

Julien Lugand, Université de Perpignan CRHiSM

Émilie Motte, Université de Toulouse Jean Jaurès, CNRS, FRAMESPA

Nicolas Marty

Nicolas Marty Professeur des Universités histoire Contemporaine, Catedràtic d'història contemporània Université de Perpignan, Universitat de Perpinyà

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.