CR de Patrice Poujade sur Thierry Verdier, Dictionnaire occitan-français des termes d’architecture XVIe-XIXe siècles

Dictionnaire-occitan-francais-des-termes-darchitecture-Verdier

Thierry Verdier, Dictionnaire occitan-français des termes d’architecture XVIe-XIXe siècles, Paris, Les Éditions de Paris, 2013, 92 p.

            Thierry Verdier, professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université de Montpellier III, a publié en 2013 un dictionnaire occitan-français des termes de l’architecture à partir de sa connaissance des documents de l’époque moderne en Languedoc et Rouergue, appuyée sur quelques dictionnaires dont en trouvera la liste aux pages 30-92. Il s’agit d’un instrument de travail tout à fait utile pour tous ceux qui doivent lire des documents de l’époque moderne concernant les territoires de la langue occitane.

            Il faut remercier l’auteur d’avoir utilisé la graphie classique de l’occitan pour les entrées de son dictionnaire même si l’on ne peut pas occulter l’obstacle que cela peut représenter pour celui qui ne serait pas tout à fait familiarisé avec cette graphie et qui en resterait aux graphies francisées des documents modernes. Cela démontre, en fait, qu’une connaissance de la langue occitane est nécessaire pour qui entend prendre les terres d’oc comme terrain pour faire de l’histoire même si, après le XVIe siècle, la plupart des documents est en français. Malgré tout, sans que l’on sache pourquoi, quelques entrées sont orthographiées d’une manière différente (ex. : seigne au lieu de senha, ou cantou, estraçadou, estripo-cat, trépadou, à la place de canton, estrassador, estripa-cat, trepador). Peut-être aurait-il fallu trouver une manière de rendre présentes l’ensemble des formes graphiques (ou les principales rencontrées dans les documents), avec un système de renvoi ?

            Ça et la, on peut déceler quelques formes ou définitions qui peuvent appeler une discussion (ex. p. 29, bòsc qui veut bien dire « bois » en occitan mais dans le sens de plantation d’arbres, de forêt, alors que la fusta est le bois d’ouvrage et la lenha le bois de chauffage. Il n’est pas sûr, non plus, que le pali de la page 66 soit le « poêle à bois » car si Alibert dans son dictionnaire de l’occitan contemporain et Lévy dans son dictionnaire de l’occitan médiéval, indiquent que le pali est un poêle, il s’agit dans ce cas d’un tissu dont le nom vient du latin pallium et non d’un instrument de chauffage). Une œuvre de ces caractéristiques ne peut jamais être complète, évidemment, mais des mots comme barra > barrièr > trauc barrièr, postam ou picapeirièr ou encore saumièr, auraient pu être attendus. Mais l’important n’est pas là ; il réside dans l’existence même de ce travail à partir duquel pourrait être envisagée une base de données multilingue des termes de l’architecture remis dans leur contexte d’utilisation.

Patrice Poujade

Nicolas Marty

Nicolas Marty Professeur des Universités histoire Contemporaine, Catedràtic d'història contemporània Université de Perpignan, Universitat de Perpinyà

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.