Archives par mot-clé : XVIIIe siècle

La chancellerie consulaire française (XVIe-XXe siècle) : attributions, organisation, agents, usagers

 

Arnaud Bartolomei nous signale la parution d’un dossier intitulé « La chancellerie consulaire française (XVIe-XXe siècle) : attributions, organisation, agents, usagers » (coord. A. Bartolomei, M. Grenet, F. Jesné, J. Ulbert) dans le dernier numéro des Mefrim (http://mefrim.revues.org/2551), qui est issu d’une journée d’études organisée à Nantes en juin 2015 et qui traite d’une institution qui a joué un rôle important dans l’encadrement des échanges commerciaux et maritimes aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

La chancellerie consulaire française (XVIe-XXe siècle) : attributions, organisation, agents, usagers

sous la direction d’Arnaud Bartolomei, Mathieu Grenet, Fabrice Jesné et Jörg Ulbert

Arnaud Bartolomei, Mathieu Grenet, Fabrice Jesné et Jörg Ulbert

Introduction [Texte intégral]

Jörg Ulbert

Qu’est-ce qu’un chancelier de consulat ? Une approche par les textes de droit français [Texte intégral]

Annalisa Biagianti

Recrutement et pratiques en chancellerie consulaire. Le cas du consulat de France à Ancône et des vice-consulats de l’Adriatique (1726-1814) [Texte intégral]

Mathieu Jestin

Un kaléidoscope administratif : la chancellerie du consulat de France à Salonique en 1839 [Texte intégral]

Alexandre Massé

« Une place peu convenable » : Être chancelier d’un consulat de France (premier XIXe siècle) [Texte intégral]

Olivier Le Gouic

La chancellerie du consulat de France à Cadix (1763-1789) [Texte intégral]

Arnaud Bartolomei

Actes notariés versus actes de chancellerie. Le rôle des chancelleries consulaires françaises dans la formalisation des actes commerciaux et civils (XVIIIe-XIXe siècle) [Texte intégral]

Une marchande perpignanaise au XVIIIe siècle: Jeanne Rey (AD PO 1 J 456 1-3)

Veuve du marchand de Perpignan Raymond Rey, la droguiste Jeanne Rey a laissé comme trace de son activité commerciale trois registres de ventes et d’achats couvrant la période 1748-1767. Ces trois volumes, rédigés d’une écriture soignée et régulière, revêtent un caractère précieux pour l’histoire du petit commerce à la fin de l’Ancien Régime. Présentant une organisation chronologique, les pages de ces livres de comptes détaillent pour chacune des journées renseignées la qualité, le prix et le poids de chacune des marchandises expédiées par les fournisseurs ou vendues à des acheteurs.

Archives Départementales des Pyrénées Orientales- livres d’achat de la Veuve Rey, premier volume 1748-1760, coté 1 J 426 /1 - Folio 9
Archives Départementales des Pyrénées Orientales-  Extrait des livres d’achat de la Veuve Rey, premier volume 1748-1760, coté 1 J 426 /1 – Folio 9

 

livres d’achat de la Veuve Rey, premier volume 1748-1760, coté 1 J 426 /1-3

Si la localisation de la boutique de Jeanne Rey n’est pas indiquée, la diversité des produits évoqués suffit à caractériser sa profession. Au-delà de la simple distribution de poisson conditionné (sardine, saumon, morue), qui aurait rattaché cette commerçante à la corporation des marchands mangonniers, la présence sur ses étagères ou sur son comptoir de cordes, de toiles, de cire et de cierges, de savon, d’épices ou de fromage, la classe clairement dans la corporation des droguistes, d’ailleurs signalée sur la couverture des trois volumes. Ces registres offrent dans tous les cas à l’historien un éclairage précis sur la nature des échanges organisés depuis la boutique de la veuve.

De manière attendue, on y découvre un espace de chalandise relativement limité, privilégiant un marché d’immédiate proximité, constitué par la ville et son plat-pays (Pia, Toulouges, Tressere ou Saint-Laurent-de-la-Salanque), parfois poussé, en longeant la partie amont de la Têt, jusqu’à la fourniture des tables de Saint-Marçal au cœur de la montagne des Aspres. L’étude des fournisseurs de la marchande de Perpignan facilite par ailleurs utilement notre compréhension des réseaux d’approvisionnement de la ville. Elle révèle la dépendance de la place roussillonnaise à l’égard d’un centre de redistribution marseillais dominant, matérialisée par un mouvement de cabotage très nourri. À partir des ports de Canet et de Collioure, des convois de mules assurent l’ultime transport vers la ville du sucre, du riz ou de la morue embarqués sur les quais du port provençal.

Continuer la lecture de Une marchande perpignanaise au XVIIIe siècle: Jeanne Rey (AD PO 1 J 456 1-3)

Un Workshop intéressant pour Arquimesa

METIERS, ORGANISATION DU TRAVAIL ET SOUS-TRAITANCE. LES ALTERNATIVES HISTORIQUES A LA PRODUCTION DE MASSE DANS UNE PERSPECTIVE GLOBALE  ET COMPARATIVE DU XVIIIE AU XXIE SIECLE

 

CRAFTS, LABOUR ORGANISATION AND SUBCONTRACTING. ALTERNATIVES TO MASS PRODUCTION IN A GLOBAL AND COMPARATIVE PERSPECTIVE, 18TH TO THE 21ST CENTURY

 

Workshop organisé par Gilles Guiheux (CESSMA-Paris Diderot), Manuela Martini (ICT, Paris Diderot), Liliane Pérez (ICT, Paris Diderot) et Giorgio Riello (University of Warwick)

avec le soutien des laboratoires CESSMA (Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques) et ICT (Identités Cultures Territoires) de l’université Paris Diderot et du Global History and Culture Centre de l’université de Warwick

 

Université  Paris Diderot-Paris 7, bâtiment Olympe de Gouges, salle 870

8 rue Albert Einstein, 75013 Paris, métro François Mitterrand ou T3a  Avenue de France

16-17 octobre 2015

 

Programme

 

Vendredi 16 Octobre 2015. Après-midi

 

Introduction : Manuela Martini et Giorgio Riello

Session 1. 13h30-15h15

  1. Anne Conchon (Paris 1-IDHES), Travaux publics et sous-traitance en France au XVIIIe siècle

  1. Manuela Martini (Paris 7-ICT), Tâcherons ou sous-traitants? Travailleurs indépendants et entrepreneurs dans la construction en France de la fin du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres

  Continuer la lecture de Un Workshop intéressant pour Arquimesa

La correspondance de Claude-Marie Galezot, sculpteur comtois du XVIIIe siècle (des années 1730 aux années 1770) : à la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire de l’art.

Archives départementales du Jura : fonds Galezot , 2 F10 à 2 F15.

Bibliothèque municipale de Dole : man.442.

 

La famille Galezot originaire des hauts plateaux jurassiens comprend un architecte célèbre, et de nombreux sculpteurs dispersés dans la province. Les membres de cette dynastie d’artistes installés à Lons-le-Saunier au XVIIIe siècle, sculpteurs sur bois, ont constitué un ensemble archivistique dans une démarche visant à construire la mémoire de leur réussite. Ce fonds comprend la correspondance à la fois familiale et professionnelle de Claude-Marie Galezot (1712-1776) et se complète par sa correspondance avec le sculpteur de Saint-Claude Joseph Rosset (1706-1786) conservée à la bibliothèque de Dole. Cette correspondance est précieuse par sa rareté : si nous connaissons des livres de raison ou des livres de comptes pour des architectes ou des peintres du XVIIIe siècle, plus rares sont les publications de ce type de source et de correspondances pour les sculpteurs. Si cette source relève de la catégorie des écrits du for privé, elle est aussi une correspondance liée à l’activité de sculpteur sur bois.

Cet ensemble de 142 lettres se prête aux multiples approches historiennes des écrits du for privé privilégiés par la micro-histoire. Outre l’étude anthropologique et culturelle des pratiques épistolières à l’époque moderne, l’histoire de la famille, il permet surtout de connaître le monde professionnel des sculpteurs du XVIIIe siècle : les réseaux familiaux et professionnels construits à l’échelle de la province, l’organisation de l’apprentissage, les pratiques d’atelier, le rôle de la sous-traitance. Il apporte aussi un éclairage sur le marché des œuvres et l’établissement de leur prix, les techniques du travail du sculpteur et les aspects stylistiques.

Patricia Subirade

Notes de Patrice Poujade sur quelques publications récentes

 

C’est une publication de documents de grand intérêt que nous offrent dans le volume 2014 du Bulletin de la Commission royale d’Histoire-Handelingen van de Koninklijke Commissie voor Geschiedenis de l’Académie royale de Belgique, Francis Brumont et Jean-Philippe Priotti, tous les deux spécialistes d’histoire espagnole et du commerce à l’époque moderne. Le corpus est composé de 84 lettres, la plupart conservées à l’Archivo Real y General de Navarra, à Pampelune, dans la série « Tribunales reales ». En effet, le gros de la documentation éditée provient d’un procès et concerne des lettres (70) impliquant, de près ou de plus loin, Rodrigo de Espinosa, petit mercier navarrais. La plupart des lettres ont été écrites depuis les quatre foires castillanes annuelles de Medina del Campo (mai et octobre), Medina de Río Seco (août) et Villalón (autour de Mi-Carême-Pâques). Le reste (14 lettres) est constitué par des lettres échangées entre Anvers et la Navarre en 1555-1556.

La publication de ces lettres, qui occupe la dernière partie de l’ouvrage, est accompagnée d’une bibliographie et d’un index des noms de lieux, de personnes et de matières. Les 85 premières pages de l’ouvrage forment une intéressante présentation et une étude des lettres publiées, complétées par quelques annexes. Le quotidien des acteurs du commerce, leurs relations et interrelations sont au cœur de ce travail dont le contexte sont les foires de Castille au temps de leur apogée dans la première partie du XVIe siècle. Continuer la lecture de Notes de Patrice Poujade sur quelques publications récentes

Peintres et doreurs en Roussillon, de Julien Lugand

L’ouvrage de Julien Lugand, tiré de sa thèse et paru en 2006, est une très bonne entrée pour comprendre le monde des ateliers du Roussillon des XVIIe et XVIIIe siècle

Julien Lugand, Peintres et doreurs en Roussillon aux XVII et XVIIIe siècles, Canet, Trabucaire, 2006

Peintres et doreurs en Roussillon aux XVIIe et XVIIIe siècles est un travail de synthèse au carrefour de l’histoire sociale, de l’histoire culturelle et de l’histoire du goût, qui nous restitue la réalité des métiers de peintre et de doreur dans une Province d’Ancien Régime, traitée dans son ensemble. La première partie s’intéresse au métier et à son organisation (la corporation, l’apprentissage, la réglementation de la concurrence…). Continuer la lecture de Peintres et doreurs en Roussillon, de Julien Lugand