Archives par mot-clé : XVIIe siècle

La chancellerie consulaire française (XVIe-XXe siècle) : attributions, organisation, agents, usagers

 

Arnaud Bartolomei nous signale la parution d’un dossier intitulé « La chancellerie consulaire française (XVIe-XXe siècle) : attributions, organisation, agents, usagers » (coord. A. Bartolomei, M. Grenet, F. Jesné, J. Ulbert) dans le dernier numéro des Mefrim (http://mefrim.revues.org/2551), qui est issu d’une journée d’études organisée à Nantes en juin 2015 et qui traite d’une institution qui a joué un rôle important dans l’encadrement des échanges commerciaux et maritimes aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

La chancellerie consulaire française (XVIe-XXe siècle) : attributions, organisation, agents, usagers

sous la direction d’Arnaud Bartolomei, Mathieu Grenet, Fabrice Jesné et Jörg Ulbert

Arnaud Bartolomei, Mathieu Grenet, Fabrice Jesné et Jörg Ulbert

Introduction [Texte intégral]

Jörg Ulbert

Qu’est-ce qu’un chancelier de consulat ? Une approche par les textes de droit français [Texte intégral]

Annalisa Biagianti

Recrutement et pratiques en chancellerie consulaire. Le cas du consulat de France à Ancône et des vice-consulats de l’Adriatique (1726-1814) [Texte intégral]

Mathieu Jestin

Un kaléidoscope administratif : la chancellerie du consulat de France à Salonique en 1839 [Texte intégral]

Alexandre Massé

« Une place peu convenable » : Être chancelier d’un consulat de France (premier XIXe siècle) [Texte intégral]

Olivier Le Gouic

La chancellerie du consulat de France à Cadix (1763-1789) [Texte intégral]

Arnaud Bartolomei

Actes notariés versus actes de chancellerie. Le rôle des chancelleries consulaires françaises dans la formalisation des actes commerciaux et civils (XVIIIe-XIXe siècle) [Texte intégral]

Le métier de marchand – L’ofici de mercader

Le métier de marchand – L’ofici de mercader

Responsable : Patrice Poujade

Le programme « Le métier de marchand » se base sur un fonds documentaire qui permet de nourrir une réflexion plus générale sur le monde du commerce dans l’Europe du Sud moderne.

escut P. Fizes
escut P. Fizes 

 Le marchand quercinois installé à Barcelone Pere Fizes a laissé à l’Arxiu comarcal del Vallès occidental à Terrassa (province de Barcelone) un ensemble composé des quelque 900 lettres que lui et son fils reçurent entre 1650 et 1680. Cette masse documentaire donne des possibilités d’exploitation nombreuses, d’autant qu’elle est complétée par plusieurs livres de comptes. On peut reconstituer le réseau commercial et de correspondants de ce marchand en Méditerranée (Rome, Gênes, Marseille, Perpignan, Tarragone, Alicante, Valence, etc.), dans l’intérieur ibérique (Madrid, Saragosse) , dans les terres du royaume de France (Toulouse, Limoges, Valence, Lyon, Paris), en Europe du Nord-Ouest (Saint-Malo, Plymouth, Anvers, Amsterdam, Hambourg)…

marque Fizes 17 4 1675
marque Fizes 17 4 1675

On peut encore apprécier le rôle des voyages dans la formation au métier de marchand, la pratique des langues (les lettres reçues par Fizes sont en catalan, français, espagnol – pour l’essentiel -, quelques rares en italien, anglais et néerlandais), les réseaux sociaux, les relations de confiance dans le réseau et dans la famille, les préoccupations économiques, etc. Cette documentation est une source de première importance pour connaître l’activité d’un marchand de quelque importance dans la capitale catalane de la deuxième moitié du XVIIe siècle, voire pour apprécier la place de Barcelone dans le grand commerce terrestre et maritime.

Resumé / Resum Mémoire de Master, Tesina de Màster : Les Marchands André Marcourel et Jacques Bouttes, Aurora Lafforgue

ADPO, 11 Bp 585, livre de comptes J. Bouttes (1668-1674)
ADPO, 11 Bp 585, livre de comptes J. Bouttes (1668-1674)

Aurora LAFFORGUE, Les marchands André Marcourel et Jacques Bouttes dans les réseaux commerciaux entre le Languedoc et le Principat de Catalogne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, Mémoire de Master, sous la direction de Patrice Poujade, Université de Perpignan, 2014, 271 p.

             À travers une étude de cas de deux marchands installés à Perpignan, basée sur l’analyse d’archives notariales, judiciaires, comptables et épistolaires, ce mémoire ouvre le champ de la recherche sur les réseaux commerciaux de Perpignan dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, faisant apparaître l’organisation et les rouages du monde marchand. L’étude de ce microcosme met en lumière les stratégies socioprofessionnelles des acteurs du commerce, dont l’origine culturelle commune est facteur de liens économiques et commerciaux de part et d’autre des Pyrénées. Désormais sous occupation française, la capitale roussillonnaise et son territoire se situent dans une phase de transition où coexistent les us et coutumes catalano-aragonais et français, issus de deux régimes monarchiques différents. Cette dualité et la localisation de Perpignan invitent à penser cette ville et son territoire comme un nœud dans le commerce de tissus transpyrénéen.

Aurora LAFFORGUE, Les marchands André Marcourel et Jacques Bouttes dans les réseaux commerciaux entre le Languedoc et le Principat de Catalogne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, tesina de Màster sota la direcció de Patrici Pojada, Universitat de Perpinyà, 2014, 271 p.

            Mitjançant un estudi de cas de dos mercaders instal·lats a Perpinyà, basat en l’anàlisi d’arxius de protocols, judicials, comptables i epistolars, aquesta tesina permet obrir la recerca a les xarxes comercials de Perpinyà de la segona meitat del segle XVII, fent aparèixer l’organització i els mecanismes del món mercader. L’estudi d’aquest microcosmos evidencia les estratègies socioprofessionals dels actors del comerç, l’origen cultural comú dels quals afavoreix enllaços econòmics i comercials a banda i banda dels Pirineus. Ocupats pels francesos, la capital rossellonesa i el seu territori es situen en una fase de transició en la qual coexisteixen els hàbits i costums catalano-aragonesos i francesos, eixits de dos règims monàrquics diferents. Considerant la seua dualitat i la seua localització, Perpinyà i el seu territori es poden definir com a cruïlla en el comerç transpirinenc de teixits.

Peintres et doreurs en Roussillon, de Julien Lugand

L’ouvrage de Julien Lugand, tiré de sa thèse et paru en 2006, est une très bonne entrée pour comprendre le monde des ateliers du Roussillon des XVIIe et XVIIIe siècle

Julien Lugand, Peintres et doreurs en Roussillon aux XVII et XVIIIe siècles, Canet, Trabucaire, 2006

Peintres et doreurs en Roussillon aux XVIIe et XVIIIe siècles est un travail de synthèse au carrefour de l’histoire sociale, de l’histoire culturelle et de l’histoire du goût, qui nous restitue la réalité des métiers de peintre et de doreur dans une Province d’Ancien Régime, traitée dans son ensemble. La première partie s’intéresse au métier et à son organisation (la corporation, l’apprentissage, la réglementation de la concurrence…). Continuer la lecture de Peintres et doreurs en Roussillon, de Julien Lugand