Archives par mot-clé : techniques

La correspondance de Claude-Marie Galezot, sculpteur comtois du XVIIIe siècle (des années 1730 aux années 1770) : à la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire de l’art.

Archives départementales du Jura : fonds Galezot , 2 F10 à 2 F15.

Bibliothèque municipale de Dole : man.442.

 

La famille Galezot originaire des hauts plateaux jurassiens comprend un architecte célèbre, et de nombreux sculpteurs dispersés dans la province. Les membres de cette dynastie d’artistes installés à Lons-le-Saunier au XVIIIe siècle, sculpteurs sur bois, ont constitué un ensemble archivistique dans une démarche visant à construire la mémoire de leur réussite. Ce fonds comprend la correspondance à la fois familiale et professionnelle de Claude-Marie Galezot (1712-1776) et se complète par sa correspondance avec le sculpteur de Saint-Claude Joseph Rosset (1706-1786) conservée à la bibliothèque de Dole. Cette correspondance est précieuse par sa rareté : si nous connaissons des livres de raison ou des livres de comptes pour des architectes ou des peintres du XVIIIe siècle, plus rares sont les publications de ce type de source et de correspondances pour les sculpteurs. Si cette source relève de la catégorie des écrits du for privé, elle est aussi une correspondance liée à l’activité de sculpteur sur bois.

Cet ensemble de 142 lettres se prête aux multiples approches historiennes des écrits du for privé privilégiés par la micro-histoire. Outre l’étude anthropologique et culturelle des pratiques épistolières à l’époque moderne, l’histoire de la famille, il permet surtout de connaître le monde professionnel des sculpteurs du XVIIIe siècle : les réseaux familiaux et professionnels construits à l’échelle de la province, l’organisation de l’apprentissage, les pratiques d’atelier, le rôle de la sous-traitance. Il apporte aussi un éclairage sur le marché des œuvres et l’établissement de leur prix, les techniques du travail du sculpteur et les aspects stylistiques.

Patricia Subirade

Le livre de Raison de Jean Ferrère : le quotidien d’un sculpteur bigourdan (1768-1779)

Archives départementales des Hautes-Pyrénées, 45 J.

Jean II Ferrère (1718-1795) est un sculpteur sur bois, issu d’une dynastie considérée comme la plus importante des Pyrénées centrales à l’époque moderne. La découverte de ce livre de raison date d’une trentaine d’années et malgré son importance, il n’avait jamais été transcrit ni étudié en profondeur jusqu’à aujourd’hui. Couvrant une dizaine d’années (1768 à 1779), il compte 185 folios recto-verso. Plus qu’un simple livre de compte, ce document est une source rare sur la vie d’un sculpteur évoluant en milieu rural et sur de nombreux aspects de son métier : ses commandes, le fonctionnement et la composition de son atelier, ses relations avec les peintres-doreurs, ponctué de quelques croquis pour des retables et des tabernacles. En outre, il s’agit d’un témoignage unique sur la vie quotidienne dans les Pyrénées centrales au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle qui nous renseigne sur les habitudes de Jean Ferrère, sur sa famille, sur son milieu social et sur ses nombreuses occupations annexes.

Laure Decomble.

Présentation du thème : le métier de sculpteur

LE METIER DE SCULPTEUR

On ne compte plus, quel que soit le pays concerné, les monographies, études, synthèses et catalogues d’exposition sur la sculpture du XVIIIe siècle. Le style, la littérature artistique – entendue au sens large du terme – la diffusion et réception des modèles, la culture des commanditaires, l’iconographie sont autant de thèmes étudiés depuis maintenant de nombreuses années. Longtemps, le métier est resté, dans ces études, au-delà des traditions historiographiques nationales concernées par le programme Arquimesa, un thème marginal, souvent cantonné à la seule évocation des grands foyers, l’exemple des grands ateliers ou d’artistes majeurs. Jamais le sujet ne fit l’objet d’une étude basée sur l’analyse comparatiste de corpus archivistique.

Cela ne veut pas dire que l’on se soit désintéressé du sujet. En France, dans certaines provinces allemandes, italiennes, espagnoles il y eut, dès le XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, une tradition historique qui permit la publication ponctuelle de documents portant sur le cadre d’exercice du métier (les guildes, collèges ou confréries), la formation (apprentissage, compagnonnage et maîtrise), la vie sociale, religieuse ou intellectuelle des sculpteurs. Mais force est de constater que cette tradition resta le fait de revues savantes souvent liées aux sociétés historiques locales, dont les publications étaient peu diffusées ou difficiles d’accès. Cette tradition s’estompa avec le temps. La raison est à chercher dans l’évolution de l’histoire de l’art qui, en s’érigeant en discipline propre, s’est parfois coupée des travaux des érudits. L’histoire des métiers par exemple semblait appartenir davantage à l’histoire économique et matérielle qu’à l’histoire des formes et ne correspondait plus aux débats historiographiques du moment. Continuer la lecture de Présentation du thème : le métier de sculpteur

Peintres et doreurs en Roussillon, de Julien Lugand

L’ouvrage de Julien Lugand, tiré de sa thèse et paru en 2006, est une très bonne entrée pour comprendre le monde des ateliers du Roussillon des XVIIe et XVIIIe siècle

Julien Lugand, Peintres et doreurs en Roussillon aux XVII et XVIIIe siècles, Canet, Trabucaire, 2006

Peintres et doreurs en Roussillon aux XVIIe et XVIIIe siècles est un travail de synthèse au carrefour de l’histoire sociale, de l’histoire culturelle et de l’histoire du goût, qui nous restitue la réalité des métiers de peintre et de doreur dans une Province d’Ancien Régime, traitée dans son ensemble. La première partie s’intéresse au métier et à son organisation (la corporation, l’apprentissage, la réglementation de la concurrence…). Continuer la lecture de Peintres et doreurs en Roussillon, de Julien Lugand