Archives par mot-clé : Savoirs

Création du carnet de recherche Pictor

L’équipe d’Arquimesa vous signale la mise en ligne du carnet de recherche hypothèse Pictor

http://pictor.hypotheses.org

Le programme PICTOR rassemble une équipe de chercheurs français, suisses, italiens, espagnols et flamands. Il a pour objectif d’étudier, dans une démarche comparatiste, le métier de peintre en Europe à la Renaissance suivant plusieurs voies d’analyse : la population des peintres; la réglementation; la formation; les savoirs, méthodes, techniques. Le présent carnet a plusieurs objectifs : valoriser les recherches de ce programme; publier des comptes-rendus d’ouvrages, d’articles; mentionner les séminaires, colloques, journées d’études; rassembler au sein d’un même carnet un certain nombre d’outils – bibliographiques et documentaires; inciter, enfin, les échanges et discussions entre spécialistes sur le sujet.

Présentation du thème : le métier de sculpteur

LE METIER DE SCULPTEUR

On ne compte plus, quel que soit le pays concerné, les monographies, études, synthèses et catalogues d’exposition sur la sculpture du XVIIIe siècle. Le style, la littérature artistique – entendue au sens large du terme – la diffusion et réception des modèles, la culture des commanditaires, l’iconographie sont autant de thèmes étudiés depuis maintenant de nombreuses années. Longtemps, le métier est resté, dans ces études, au-delà des traditions historiographiques nationales concernées par le programme Arquimesa, un thème marginal, souvent cantonné à la seule évocation des grands foyers, l’exemple des grands ateliers ou d’artistes majeurs. Jamais le sujet ne fit l’objet d’une étude basée sur l’analyse comparatiste de corpus archivistique.

Cela ne veut pas dire que l’on se soit désintéressé du sujet. En France, dans certaines provinces allemandes, italiennes, espagnoles il y eut, dès le XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, une tradition historique qui permit la publication ponctuelle de documents portant sur le cadre d’exercice du métier (les guildes, collèges ou confréries), la formation (apprentissage, compagnonnage et maîtrise), la vie sociale, religieuse ou intellectuelle des sculpteurs. Mais force est de constater que cette tradition resta le fait de revues savantes souvent liées aux sociétés historiques locales, dont les publications étaient peu diffusées ou difficiles d’accès. Cette tradition s’estompa avec le temps. La raison est à chercher dans l’évolution de l’histoire de l’art qui, en s’érigeant en discipline propre, s’est parfois coupée des travaux des érudits. L’histoire des métiers par exemple semblait appartenir davantage à l’histoire économique et matérielle qu’à l’histoire des formes et ne correspondait plus aux débats historiographiques du moment. Continuer la lecture de Présentation du thème : le métier de sculpteur