Archives par mot-clé : Pyrénées

Le livre de Raison de Jean Ferrère : le quotidien d’un sculpteur bigourdan (1768-1779)

Archives départementales des Hautes-Pyrénées, 45 J.

Jean II Ferrère (1718-1795) est un sculpteur sur bois, issu d’une dynastie considérée comme la plus importante des Pyrénées centrales à l’époque moderne. La découverte de ce livre de raison date d’une trentaine d’années et malgré son importance, il n’avait jamais été transcrit ni étudié en profondeur jusqu’à aujourd’hui. Couvrant une dizaine d’années (1768 à 1779), il compte 185 folios recto-verso. Plus qu’un simple livre de compte, ce document est une source rare sur la vie d’un sculpteur évoluant en milieu rural et sur de nombreux aspects de son métier : ses commandes, le fonctionnement et la composition de son atelier, ses relations avec les peintres-doreurs, ponctué de quelques croquis pour des retables et des tabernacles. En outre, il s’agit d’un témoignage unique sur la vie quotidienne dans les Pyrénées centrales au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle qui nous renseigne sur les habitudes de Jean Ferrère, sur sa famille, sur son milieu social et sur ses nombreuses occupations annexes.

Laure Decomble.

Resumé / Resum Mémoire de Master, Tesina de Màster : Les Marchands André Marcourel et Jacques Bouttes, Aurora Lafforgue

ADPO, 11 Bp 585, livre de comptes J. Bouttes (1668-1674)
ADPO, 11 Bp 585, livre de comptes J. Bouttes (1668-1674)

Aurora LAFFORGUE, Les marchands André Marcourel et Jacques Bouttes dans les réseaux commerciaux entre le Languedoc et le Principat de Catalogne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, Mémoire de Master, sous la direction de Patrice Poujade, Université de Perpignan, 2014, 271 p.

             À travers une étude de cas de deux marchands installés à Perpignan, basée sur l’analyse d’archives notariales, judiciaires, comptables et épistolaires, ce mémoire ouvre le champ de la recherche sur les réseaux commerciaux de Perpignan dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, faisant apparaître l’organisation et les rouages du monde marchand. L’étude de ce microcosme met en lumière les stratégies socioprofessionnelles des acteurs du commerce, dont l’origine culturelle commune est facteur de liens économiques et commerciaux de part et d’autre des Pyrénées. Désormais sous occupation française, la capitale roussillonnaise et son territoire se situent dans une phase de transition où coexistent les us et coutumes catalano-aragonais et français, issus de deux régimes monarchiques différents. Cette dualité et la localisation de Perpignan invitent à penser cette ville et son territoire comme un nœud dans le commerce de tissus transpyrénéen.

Aurora LAFFORGUE, Les marchands André Marcourel et Jacques Bouttes dans les réseaux commerciaux entre le Languedoc et le Principat de Catalogne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, tesina de Màster sota la direcció de Patrici Pojada, Universitat de Perpinyà, 2014, 271 p.

            Mitjançant un estudi de cas de dos mercaders instal·lats a Perpinyà, basat en l’anàlisi d’arxius de protocols, judicials, comptables i epistolars, aquesta tesina permet obrir la recerca a les xarxes comercials de Perpinyà de la segona meitat del segle XVII, fent aparèixer l’organització i els mecanismes del món mercader. L’estudi d’aquest microcosmos evidencia les estratègies socioprofessionals dels actors del comerç, l’origen cultural comú dels quals afavoreix enllaços econòmics i comercials a banda i banda dels Pirineus. Ocupats pels francesos, la capital rossellonesa i el seu territori es situen en una fase de transició en la qual coexisteixen els hàbits i costums catalano-aragonesos i francesos, eixits de dos règims monàrquics diferents. Considerant la seua dualitat i la seua localització, Perpinyà i el seu territori es poden definir com a cruïlla en el comerç transpirinenc de teixits.