Archives par mot-clé : Perpignan

Le portail du patrimoine numérisé de la médiathèque de Perpignan

Depuis 2005 la médiathèque de Perpignan a mis en place une politique de numérisation de ses documents patrimoniaux. Le portail documentaire du réseau des bibliothèques permet la localisation et la consultation d’un large éventail de ressources.

Pour favoriser l’accès du public à ses collections locales, la médiathèque met en ligne les copies numériques d’ouvrages du patrimoine nord-catalan.

Les objectifs poursuivis sont multiples :

– valoriser les collections patrimoniales par une visibilité accrue auprès d’un plus grand nombre de lecteurs via internet
– préserver les originaux dont la communication est remplacée par la consultation d’images numérisées
– répondre à la demande des usagers en numérisant des ouvrages du fonds patrimonial proposés par les lecteurs et les chercheurs
L’atelier de numérisation est installé dans les locaux de la médiathèque. Un technicien réalise sur un scanner Digibook, la prise de vue en niveaux de gris, la vérification et le nommage des fichiers numériques. Une photographe fait les prises de vues des documents en couleur : illustrations, enluminures, reliures, cartes postales, affiches…

Rauch Vue de Perpignan In : Guide pittoresque du voyageur. – 1835

Dès la prise de vue, le but de la numérisation est de rendre compte le plus fidèlement possible de l’état initial du document, en privilégiant le rendu de la lecture sur écran. Des opérations de traitements automatisés améliorent la lisibilité du document en permettant par exemple de redresser la courbure d’une page. Les images numérisées sont indexées puis archivées avec une convention de nommage qui permet de retrouver facilement les milliers de vues numérisées. A la fin du processus de numérisation et après les différents contrôles, les images sont mises en ligne et un lien est fait entre la notice bibliographique du catalogue et le portail du patrimoine numérisé. Une indexation permet de repérer les collections classées par catégories et sous-catégories. Différentes thématiques sont ainsi proposées aux usagers, “Géographie”, “Littérature”, “Langue catalane” ainsi que des types de documents : “Cartes et plans”, “Manuscrits”, “Presse”…

La presse locale ancienne : un corpus d’une centaine de titres du XIXe siècle à 1940

Ce corpus d’une centaine de titres de presse, permet de rendre compte des événements survenus à Perpignan et dans sa région entre 1806 et 1940 tout en offrant des points de vue politiques différents. La presse locale constitue une source de premier plan pour la connaissance de la vie politique, économique, artistique, littéraire et scientifique.

Continuer la lecture de Le portail du patrimoine numérisé de la médiathèque de Perpignan

Une marchande perpignanaise au XVIIIe siècle: Jeanne Rey (AD PO 1 J 456 1-3)

Veuve du marchand de Perpignan Raymond Rey, la droguiste Jeanne Rey a laissé comme trace de son activité commerciale trois registres de ventes et d’achats couvrant la période 1748-1767. Ces trois volumes, rédigés d’une écriture soignée et régulière, revêtent un caractère précieux pour l’histoire du petit commerce à la fin de l’Ancien Régime. Présentant une organisation chronologique, les pages de ces livres de comptes détaillent pour chacune des journées renseignées la qualité, le prix et le poids de chacune des marchandises expédiées par les fournisseurs ou vendues à des acheteurs.

Archives Départementales des Pyrénées Orientales- livres d’achat de la Veuve Rey, premier volume 1748-1760, coté 1 J 426 /1 - Folio 9
Archives Départementales des Pyrénées Orientales-  Extrait des livres d’achat de la Veuve Rey, premier volume 1748-1760, coté 1 J 426 /1 – Folio 9

 

livres d’achat de la Veuve Rey, premier volume 1748-1760, coté 1 J 426 /1-3

Si la localisation de la boutique de Jeanne Rey n’est pas indiquée, la diversité des produits évoqués suffit à caractériser sa profession. Au-delà de la simple distribution de poisson conditionné (sardine, saumon, morue), qui aurait rattaché cette commerçante à la corporation des marchands mangonniers, la présence sur ses étagères ou sur son comptoir de cordes, de toiles, de cire et de cierges, de savon, d’épices ou de fromage, la classe clairement dans la corporation des droguistes, d’ailleurs signalée sur la couverture des trois volumes. Ces registres offrent dans tous les cas à l’historien un éclairage précis sur la nature des échanges organisés depuis la boutique de la veuve.

De manière attendue, on y découvre un espace de chalandise relativement limité, privilégiant un marché d’immédiate proximité, constitué par la ville et son plat-pays (Pia, Toulouges, Tressere ou Saint-Laurent-de-la-Salanque), parfois poussé, en longeant la partie amont de la Têt, jusqu’à la fourniture des tables de Saint-Marçal au cœur de la montagne des Aspres. L’étude des fournisseurs de la marchande de Perpignan facilite par ailleurs utilement notre compréhension des réseaux d’approvisionnement de la ville. Elle révèle la dépendance de la place roussillonnaise à l’égard d’un centre de redistribution marseillais dominant, matérialisée par un mouvement de cabotage très nourri. À partir des ports de Canet et de Collioure, des convois de mules assurent l’ultime transport vers la ville du sucre, du riz ou de la morue embarqués sur les quais du port provençal.

Continuer la lecture de Une marchande perpignanaise au XVIIIe siècle: Jeanne Rey (AD PO 1 J 456 1-3)

Resumé / Resum Mémoire de Master, Tesina de Màster : Les Marchands André Marcourel et Jacques Bouttes, Aurora Lafforgue

ADPO, 11 Bp 585, livre de comptes J. Bouttes (1668-1674)
ADPO, 11 Bp 585, livre de comptes J. Bouttes (1668-1674)

Aurora LAFFORGUE, Les marchands André Marcourel et Jacques Bouttes dans les réseaux commerciaux entre le Languedoc et le Principat de Catalogne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, Mémoire de Master, sous la direction de Patrice Poujade, Université de Perpignan, 2014, 271 p.

             À travers une étude de cas de deux marchands installés à Perpignan, basée sur l’analyse d’archives notariales, judiciaires, comptables et épistolaires, ce mémoire ouvre le champ de la recherche sur les réseaux commerciaux de Perpignan dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, faisant apparaître l’organisation et les rouages du monde marchand. L’étude de ce microcosme met en lumière les stratégies socioprofessionnelles des acteurs du commerce, dont l’origine culturelle commune est facteur de liens économiques et commerciaux de part et d’autre des Pyrénées. Désormais sous occupation française, la capitale roussillonnaise et son territoire se situent dans une phase de transition où coexistent les us et coutumes catalano-aragonais et français, issus de deux régimes monarchiques différents. Cette dualité et la localisation de Perpignan invitent à penser cette ville et son territoire comme un nœud dans le commerce de tissus transpyrénéen.

Aurora LAFFORGUE, Les marchands André Marcourel et Jacques Bouttes dans les réseaux commerciaux entre le Languedoc et le Principat de Catalogne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, tesina de Màster sota la direcció de Patrici Pojada, Universitat de Perpinyà, 2014, 271 p.

            Mitjançant un estudi de cas de dos mercaders instal·lats a Perpinyà, basat en l’anàlisi d’arxius de protocols, judicials, comptables i epistolars, aquesta tesina permet obrir la recerca a les xarxes comercials de Perpinyà de la segona meitat del segle XVII, fent aparèixer l’organització i els mecanismes del món mercader. L’estudi d’aquest microcosmos evidencia les estratègies socioprofessionals dels actors del comerç, l’origen cultural comú dels quals afavoreix enllaços econòmics i comercials a banda i banda dels Pirineus. Ocupats pels francesos, la capital rossellonesa i el seu territori es situen en una fase de transició en la qual coexisteixen els hàbits i costums catalano-aragonesos i francesos, eixits de dos règims monàrquics diferents. Considerant la seua dualitat i la seua localització, Perpinyà i el seu territori es poden definir com a cruïlla en el comerç transpirinenc de teixits.

Peintres et doreurs en Roussillon, de Julien Lugand

L’ouvrage de Julien Lugand, tiré de sa thèse et paru en 2006, est une très bonne entrée pour comprendre le monde des ateliers du Roussillon des XVIIe et XVIIIe siècle

Julien Lugand, Peintres et doreurs en Roussillon aux XVII et XVIIIe siècles, Canet, Trabucaire, 2006

Peintres et doreurs en Roussillon aux XVIIe et XVIIIe siècles est un travail de synthèse au carrefour de l’histoire sociale, de l’histoire culturelle et de l’histoire du goût, qui nous restitue la réalité des métiers de peintre et de doreur dans une Province d’Ancien Régime, traitée dans son ensemble. La première partie s’intéresse au métier et à son organisation (la corporation, l’apprentissage, la réglementation de la concurrence…). Continuer la lecture de Peintres et doreurs en Roussillon, de Julien Lugand