Archives par mot-clé : Marseille

Une marchande perpignanaise au XVIIIe siècle: Jeanne Rey (AD PO 1 J 456 1-3)

Veuve du marchand de Perpignan Raymond Rey, la droguiste Jeanne Rey a laissé comme trace de son activité commerciale trois registres de ventes et d’achats couvrant la période 1748-1767. Ces trois volumes, rédigés d’une écriture soignée et régulière, revêtent un caractère précieux pour l’histoire du petit commerce à la fin de l’Ancien Régime. Présentant une organisation chronologique, les pages de ces livres de comptes détaillent pour chacune des journées renseignées la qualité, le prix et le poids de chacune des marchandises expédiées par les fournisseurs ou vendues à des acheteurs.

Archives Départementales des Pyrénées Orientales- livres d’achat de la Veuve Rey, premier volume 1748-1760, coté 1 J 426 /1 - Folio 9
Archives Départementales des Pyrénées Orientales-  Extrait des livres d’achat de la Veuve Rey, premier volume 1748-1760, coté 1 J 426 /1 – Folio 9

 

livres d’achat de la Veuve Rey, premier volume 1748-1760, coté 1 J 426 /1-3

Si la localisation de la boutique de Jeanne Rey n’est pas indiquée, la diversité des produits évoqués suffit à caractériser sa profession. Au-delà de la simple distribution de poisson conditionné (sardine, saumon, morue), qui aurait rattaché cette commerçante à la corporation des marchands mangonniers, la présence sur ses étagères ou sur son comptoir de cordes, de toiles, de cire et de cierges, de savon, d’épices ou de fromage, la classe clairement dans la corporation des droguistes, d’ailleurs signalée sur la couverture des trois volumes. Ces registres offrent dans tous les cas à l’historien un éclairage précis sur la nature des échanges organisés depuis la boutique de la veuve.

De manière attendue, on y découvre un espace de chalandise relativement limité, privilégiant un marché d’immédiate proximité, constitué par la ville et son plat-pays (Pia, Toulouges, Tressere ou Saint-Laurent-de-la-Salanque), parfois poussé, en longeant la partie amont de la Têt, jusqu’à la fourniture des tables de Saint-Marçal au cœur de la montagne des Aspres. L’étude des fournisseurs de la marchande de Perpignan facilite par ailleurs utilement notre compréhension des réseaux d’approvisionnement de la ville. Elle révèle la dépendance de la place roussillonnaise à l’égard d’un centre de redistribution marseillais dominant, matérialisée par un mouvement de cabotage très nourri. À partir des ports de Canet et de Collioure, des convois de mules assurent l’ultime transport vers la ville du sucre, du riz ou de la morue embarqués sur les quais du port provençal.

Continuer la lecture de Une marchande perpignanaise au XVIIIe siècle: Jeanne Rey (AD PO 1 J 456 1-3)

Notes de Patrice Poujade sur quelques publications récentes

 

C’est une publication de documents de grand intérêt que nous offrent dans le volume 2014 du Bulletin de la Commission royale d’Histoire-Handelingen van de Koninklijke Commissie voor Geschiedenis de l’Académie royale de Belgique, Francis Brumont et Jean-Philippe Priotti, tous les deux spécialistes d’histoire espagnole et du commerce à l’époque moderne. Le corpus est composé de 84 lettres, la plupart conservées à l’Archivo Real y General de Navarra, à Pampelune, dans la série « Tribunales reales ». En effet, le gros de la documentation éditée provient d’un procès et concerne des lettres (70) impliquant, de près ou de plus loin, Rodrigo de Espinosa, petit mercier navarrais. La plupart des lettres ont été écrites depuis les quatre foires castillanes annuelles de Medina del Campo (mai et octobre), Medina de Río Seco (août) et Villalón (autour de Mi-Carême-Pâques). Le reste (14 lettres) est constitué par des lettres échangées entre Anvers et la Navarre en 1555-1556.

La publication de ces lettres, qui occupe la dernière partie de l’ouvrage, est accompagnée d’une bibliographie et d’un index des noms de lieux, de personnes et de matières. Les 85 premières pages de l’ouvrage forment une intéressante présentation et une étude des lettres publiées, complétées par quelques annexes. Le quotidien des acteurs du commerce, leurs relations et interrelations sont au cœur de ce travail dont le contexte sont les foires de Castille au temps de leur apogée dans la première partie du XVIe siècle. Continuer la lecture de Notes de Patrice Poujade sur quelques publications récentes

Lettres de Jean-Michel Verdiguier à l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, 1761-1777.

Marseille, BMVR, Ms 988-1006, VIII.

 
Jean-Michel Verdiguier (1706-1796)  est un sculpteur marseillais qui compte parmi les artistes à l’origine de la fondation de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille. Entre 1761 et 1777, Verdiguier expédie à cette institution dix-huit lettres qui sont aujourd’hui conservées à la bibliothèque de l’Alcazar à Marseille. Cette correspondance est intéressante à plus d’un titre : elle illustre tout d’abord l’activité d’une académie de province (comptes, statuts, exposition annuelle, gazette, recensement du patrimoine local…). Elle rend compte d’une série de processus favorisant une circulation et une acculturation  des formes artistiques, comme les déplacements d’artistes, les réceptions d’amateurs, les échanges de vœux ou les envois d’œuvre. Enfin, elle permet d’approcher au plus près certaines pratiques du travail, la concurrence entre les artistes, la réception des œuvres d’art et leur perception par le public, tout comme les processus de sociabilité (dîners en villes, relations conviviales) nécessaires au développement d’une carrière artistique.

Émilie Motte

Programme de la journée : livres de raison et correspondances de sculpteurs au XVIIIe siècle

Livres de raison et correspondances de sculpteurs au XVIIIe siècle

Accueil des participants

Allocution de bienvenue. Présentation du projet Arquimesa.
Nicolas Marty, Professeur, Doyen de la faculté de lettres
Julien Lugand, Maître de conférences, Université Perpignan-Via Domitia

« Le livre de raison de Jean Ferrère : le quotidien d’un sculpteur bigourdan (1754-1779) ». Laure Decomble, Université Toulouse-le Mirail

« Correspondances académiques. Le sculpteur Jean-Michel Verdiguier et l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille (1764-1770) ».
Emilie Motte-Roffidal, Université de Provence

Pause

« A la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire de l’art: pratiques d’un atelier de sculpture du XVIIIe siècle à travers la correspondance de Claude-Marie Galezot (1740-1770) ».

Continuer la lecture de Programme de la journée : livres de raison et correspondances de sculpteurs au XVIIIe siècle