Archives par mot-clé : droguiste

Une marchande perpignanaise au XVIIIe siècle: Jeanne Rey (AD PO 1 J 456 1-3)

Veuve du marchand de Perpignan Raymond Rey, la droguiste Jeanne Rey a laissé comme trace de son activité commerciale trois registres de ventes et d’achats couvrant la période 1748-1767. Ces trois volumes, rédigés d’une écriture soignée et régulière, revêtent un caractère précieux pour l’histoire du petit commerce à la fin de l’Ancien Régime. Présentant une organisation chronologique, les pages de ces livres de comptes détaillent pour chacune des journées renseignées la qualité, le prix et le poids de chacune des marchandises expédiées par les fournisseurs ou vendues à des acheteurs.

Archives Départementales des Pyrénées Orientales- livres d’achat de la Veuve Rey, premier volume 1748-1760, coté 1 J 426 /1 - Folio 9
Archives Départementales des Pyrénées Orientales-  Extrait des livres d’achat de la Veuve Rey, premier volume 1748-1760, coté 1 J 426 /1 – Folio 9

 

livres d’achat de la Veuve Rey, premier volume 1748-1760, coté 1 J 426 /1-3

Si la localisation de la boutique de Jeanne Rey n’est pas indiquée, la diversité des produits évoqués suffit à caractériser sa profession. Au-delà de la simple distribution de poisson conditionné (sardine, saumon, morue), qui aurait rattaché cette commerçante à la corporation des marchands mangonniers, la présence sur ses étagères ou sur son comptoir de cordes, de toiles, de cire et de cierges, de savon, d’épices ou de fromage, la classe clairement dans la corporation des droguistes, d’ailleurs signalée sur la couverture des trois volumes. Ces registres offrent dans tous les cas à l’historien un éclairage précis sur la nature des échanges organisés depuis la boutique de la veuve.

De manière attendue, on y découvre un espace de chalandise relativement limité, privilégiant un marché d’immédiate proximité, constitué par la ville et son plat-pays (Pia, Toulouges, Tressere ou Saint-Laurent-de-la-Salanque), parfois poussé, en longeant la partie amont de la Têt, jusqu’à la fourniture des tables de Saint-Marçal au cœur de la montagne des Aspres. L’étude des fournisseurs de la marchande de Perpignan facilite par ailleurs utilement notre compréhension des réseaux d’approvisionnement de la ville. Elle révèle la dépendance de la place roussillonnaise à l’égard d’un centre de redistribution marseillais dominant, matérialisée par un mouvement de cabotage très nourri. À partir des ports de Canet et de Collioure, des convois de mules assurent l’ultime transport vers la ville du sucre, du riz ou de la morue embarqués sur les quais du port provençal.

Continuer la lecture de Une marchande perpignanaise au XVIIIe siècle: Jeanne Rey (AD PO 1 J 456 1-3)