Archives par mot-clé : correspondance

Séminaire Histoire de la Construction : les sources du chantier

La  cinquième et dernière séance de l’année universitaire du séminaire d’Histoire de la construction sera  consacrée aux sources du chantier. Elle concerne donc particulièrement les thématiques d’Arquimesa.
Ce séminaire aura lieu  le lundi 15 maii 2017 de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30 – (Attention changement de lieux) 
Université de recherche Paris Sciences et Lettres
PSL, salle de séminaire
60, rue Mazarine, 75006 PARIS
métro : Saint-Germain des Prés, 
Mabillon ou Odéon
 
Dans cette séance, seront entendus :
 
–          Hélène Dessales
Un bâtiment ordinaire, une source extraordinaire : la lex parieti faciendo (105 av. J.-C.)
–          Pauline Ducret
La correspondance de Cicéron : une source fragmentaire mais précieuse sur les chantiers privés romains 
–          Paulo Charruadas et Philippe Sosnowska (avec Michel de Waha et Jean-Louis Vanbelle)
Le monde de la construction dans les anciens Pays-Bas. Les notes personnelles du conseiller des Finances Nicolas de Brouchoven (1683-1714)
–          Robert Carvais
La fécondité des rares sources d’entreprises de construction à l’aube du XIXsiècle pour l’histoire du chantier : les papiers de l’entrepreneur des travaux publics rennais Pierre-Théodore-Marie Louise (1782-1841)
 

Continuer la lecture de Séminaire Histoire de la Construction : les sources du chantier

Les cartes d’un mercader anglès d’Alacant al segle XVII

En una ressenya precedent, esmentava tres obratges pareguts en 2013 i 2014 que publiquen correspondència de mercaders (veure ací). També hauria calgut que presentés el llibre un mica més antic de José Ignacio Martínez Ruiz (Universitat de Sevilla) i Perry Gauci (Lincoln College de la Universitat d’Oxford), Mercaderes ingleses en Alicante en el siglo XVII. Estudio y edición de la correspondencia comercial de Richard Houncell & Co. La primera part d’aquest treball, d’un poc menys de 100 pàgines, és un estudi introductori a la correspondència publicada. Els autors hi presenten Richard Houncell, mercader anglès instal·lat a Alacant, el paper del port al segle XVII, una anàlisi del comerç realitzat per Richard Houncell (productes, xarxes…), els anglesos a Alacant per tal de plaçar aquest cas en el context més general de la presència estrangera als ports valencians de l’època moderna.

La transcripció d’una selecció de 415 de les 1 123 cartes escrites per aquest mercader entre 1648 i 1651 ocupa més de 300 pàgines de la segona part. Més de 1 000 cartes en poc menys de quatre anys indica una activitat epistolar molt intensa. Acaben el llibre quatre molt útils índexs, un de les mercaderies esmentades a les cartes, un altre de noms de mercaders, un tercer de llocs i el quart temàtic on consta particularment una llarga llista de noms de vaixells.

L’interès d’aquestes cartes, en anglès i en espanyol, és evident però encara més rellevant si precisem que són les cartes enviades pel mercader ell mateix (correspondència activa) i no les cartes rebudes, cosa molt més rara. L’índex dels llocs indica les grans destinacions de les cartes del mercader anglès o sigui posa de manifest els seus interessos comercials. A banda de les connexions amb el país d’origen, Anglaterra – en especial Londres -, i Amsterdam, les principals relacions concerneixen els ports mediterranis. Així doncs, Gènova, Liorna, els ports valencians, ocupaven un paper destacat a l’activitat de la companyia de Richard Houncell. Aquesta orientació quasi exclusivament mediterrània, i gens terrestre, difereix de la que sobresurt de la correspondència passiva de Pere Fizes, mercader a Barcelona a la segona meitat del segle XVII que conservava vincles terrestres importants. La història familiar i personal diferent d’aquests dos mercaders, i llur ubicació en ports diferents (Alacant i Barcelona) expliquen, segurament, aquestes diferències de les xarxes que animaven.

Referència:

José Ignacio Martínez Ruiz i Perry Gauci, Mercaderes ingleses en Alicante en el siglo XVII. Estudio y edición de la correspondencia comercial de Richard Houncell & CO., Alacant, Publicacions de la Universitat d’Alacant, 2008, 485 p.

http://publicaciones.ua.es/publica/fichaval.aspx?fndCod=LI9788479089825#

Patrici Pojada

La correspondance de Claude-Marie Galezot, sculpteur comtois du XVIIIe siècle (des années 1730 aux années 1770) : à la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire de l’art.

Archives départementales du Jura : fonds Galezot , 2 F10 à 2 F15.

Bibliothèque municipale de Dole : man.442.

 

La famille Galezot originaire des hauts plateaux jurassiens comprend un architecte célèbre, et de nombreux sculpteurs dispersés dans la province. Les membres de cette dynastie d’artistes installés à Lons-le-Saunier au XVIIIe siècle, sculpteurs sur bois, ont constitué un ensemble archivistique dans une démarche visant à construire la mémoire de leur réussite. Ce fonds comprend la correspondance à la fois familiale et professionnelle de Claude-Marie Galezot (1712-1776) et se complète par sa correspondance avec le sculpteur de Saint-Claude Joseph Rosset (1706-1786) conservée à la bibliothèque de Dole. Cette correspondance est précieuse par sa rareté : si nous connaissons des livres de raison ou des livres de comptes pour des architectes ou des peintres du XVIIIe siècle, plus rares sont les publications de ce type de source et de correspondances pour les sculpteurs. Si cette source relève de la catégorie des écrits du for privé, elle est aussi une correspondance liée à l’activité de sculpteur sur bois.

Cet ensemble de 142 lettres se prête aux multiples approches historiennes des écrits du for privé privilégiés par la micro-histoire. Outre l’étude anthropologique et culturelle des pratiques épistolières à l’époque moderne, l’histoire de la famille, il permet surtout de connaître le monde professionnel des sculpteurs du XVIIIe siècle : les réseaux familiaux et professionnels construits à l’échelle de la province, l’organisation de l’apprentissage, les pratiques d’atelier, le rôle de la sous-traitance. Il apporte aussi un éclairage sur le marché des œuvres et l’établissement de leur prix, les techniques du travail du sculpteur et les aspects stylistiques.

Patricia Subirade

Notes de Patrice Poujade sur quelques publications récentes

 

C’est une publication de documents de grand intérêt que nous offrent dans le volume 2014 du Bulletin de la Commission royale d’Histoire-Handelingen van de Koninklijke Commissie voor Geschiedenis de l’Académie royale de Belgique, Francis Brumont et Jean-Philippe Priotti, tous les deux spécialistes d’histoire espagnole et du commerce à l’époque moderne. Le corpus est composé de 84 lettres, la plupart conservées à l’Archivo Real y General de Navarra, à Pampelune, dans la série « Tribunales reales ». En effet, le gros de la documentation éditée provient d’un procès et concerne des lettres (70) impliquant, de près ou de plus loin, Rodrigo de Espinosa, petit mercier navarrais. La plupart des lettres ont été écrites depuis les quatre foires castillanes annuelles de Medina del Campo (mai et octobre), Medina de Río Seco (août) et Villalón (autour de Mi-Carême-Pâques). Le reste (14 lettres) est constitué par des lettres échangées entre Anvers et la Navarre en 1555-1556.

La publication de ces lettres, qui occupe la dernière partie de l’ouvrage, est accompagnée d’une bibliographie et d’un index des noms de lieux, de personnes et de matières. Les 85 premières pages de l’ouvrage forment une intéressante présentation et une étude des lettres publiées, complétées par quelques annexes. Le quotidien des acteurs du commerce, leurs relations et interrelations sont au cœur de ce travail dont le contexte sont les foires de Castille au temps de leur apogée dans la première partie du XVIe siècle. Continuer la lecture de Notes de Patrice Poujade sur quelques publications récentes

Le métier de marchand – L’ofici de mercader

Le métier de marchand – L’ofici de mercader

Responsable : Patrice Poujade

Le programme « Le métier de marchand » se base sur un fonds documentaire qui permet de nourrir une réflexion plus générale sur le monde du commerce dans l’Europe du Sud moderne.

escut P. Fizes
escut P. Fizes 

 Le marchand quercinois installé à Barcelone Pere Fizes a laissé à l’Arxiu comarcal del Vallès occidental à Terrassa (province de Barcelone) un ensemble composé des quelque 900 lettres que lui et son fils reçurent entre 1650 et 1680. Cette masse documentaire donne des possibilités d’exploitation nombreuses, d’autant qu’elle est complétée par plusieurs livres de comptes. On peut reconstituer le réseau commercial et de correspondants de ce marchand en Méditerranée (Rome, Gênes, Marseille, Perpignan, Tarragone, Alicante, Valence, etc.), dans l’intérieur ibérique (Madrid, Saragosse) , dans les terres du royaume de France (Toulouse, Limoges, Valence, Lyon, Paris), en Europe du Nord-Ouest (Saint-Malo, Plymouth, Anvers, Amsterdam, Hambourg)…

marque Fizes 17 4 1675
marque Fizes 17 4 1675

On peut encore apprécier le rôle des voyages dans la formation au métier de marchand, la pratique des langues (les lettres reçues par Fizes sont en catalan, français, espagnol – pour l’essentiel -, quelques rares en italien, anglais et néerlandais), les réseaux sociaux, les relations de confiance dans le réseau et dans la famille, les préoccupations économiques, etc. Cette documentation est une source de première importance pour connaître l’activité d’un marchand de quelque importance dans la capitale catalane de la deuxième moitié du XVIIe siècle, voire pour apprécier la place de Barcelone dans le grand commerce terrestre et maritime.

Lettres de Jean-Michel Verdiguier à l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, 1761-1777.

Marseille, BMVR, Ms 988-1006, VIII.

 
Jean-Michel Verdiguier (1706-1796)  est un sculpteur marseillais qui compte parmi les artistes à l’origine de la fondation de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille. Entre 1761 et 1777, Verdiguier expédie à cette institution dix-huit lettres qui sont aujourd’hui conservées à la bibliothèque de l’Alcazar à Marseille. Cette correspondance est intéressante à plus d’un titre : elle illustre tout d’abord l’activité d’une académie de province (comptes, statuts, exposition annuelle, gazette, recensement du patrimoine local…). Elle rend compte d’une série de processus favorisant une circulation et une acculturation  des formes artistiques, comme les déplacements d’artistes, les réceptions d’amateurs, les échanges de vœux ou les envois d’œuvre. Enfin, elle permet d’approcher au plus près certaines pratiques du travail, la concurrence entre les artistes, la réception des œuvres d’art et leur perception par le public, tout comme les processus de sociabilité (dîners en villes, relations conviviales) nécessaires au développement d’une carrière artistique.

Émilie Motte

Présentation du thème : le métier de sculpteur

LE METIER DE SCULPTEUR

On ne compte plus, quel que soit le pays concerné, les monographies, études, synthèses et catalogues d’exposition sur la sculpture du XVIIIe siècle. Le style, la littérature artistique – entendue au sens large du terme – la diffusion et réception des modèles, la culture des commanditaires, l’iconographie sont autant de thèmes étudiés depuis maintenant de nombreuses années. Longtemps, le métier est resté, dans ces études, au-delà des traditions historiographiques nationales concernées par le programme Arquimesa, un thème marginal, souvent cantonné à la seule évocation des grands foyers, l’exemple des grands ateliers ou d’artistes majeurs. Jamais le sujet ne fit l’objet d’une étude basée sur l’analyse comparatiste de corpus archivistique.

Cela ne veut pas dire que l’on se soit désintéressé du sujet. En France, dans certaines provinces allemandes, italiennes, espagnoles il y eut, dès le XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, une tradition historique qui permit la publication ponctuelle de documents portant sur le cadre d’exercice du métier (les guildes, collèges ou confréries), la formation (apprentissage, compagnonnage et maîtrise), la vie sociale, religieuse ou intellectuelle des sculpteurs. Mais force est de constater que cette tradition resta le fait de revues savantes souvent liées aux sociétés historiques locales, dont les publications étaient peu diffusées ou difficiles d’accès. Cette tradition s’estompa avec le temps. La raison est à chercher dans l’évolution de l’histoire de l’art qui, en s’érigeant en discipline propre, s’est parfois coupée des travaux des érudits. L’histoire des métiers par exemple semblait appartenir davantage à l’histoire économique et matérielle qu’à l’histoire des formes et ne correspondait plus aux débats historiographiques du moment. Continuer la lecture de Présentation du thème : le métier de sculpteur