Archives de catégorie : Livres de raison et correspondances de sculpteurs au XVIIIe siècle

La première action, dans le cadre du projet sur le métier de sculpteur, est consacrée aux « Livres de raison et correspondances de sculpteurs au XVIIIe siècle ». Outre la mise à disposition, ce projet entend analyser et confronter de sources extrêmement rares. Ces sources, qui relèvent d’écrits au statut divers (écrits du for privé ou du for extérieur dans le cas de lettres destinées à être lues en public), livrent des informations concernant autant l’activité professionnelle (les réseaux, le fonctionnement d’un atelier, la relation aux commanditaires, la transmission des savoirs, méthodes, techniques), que de l’intime, de la vie sociale, culturelle et religieuse, enrichissent notre connaissance du métier.

La correspondance de Claude-Marie Galezot, sculpteur comtois du XVIIIe siècle (des années 1730 aux années 1770) : à la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire de l’art.

Archives départementales du Jura : fonds Galezot , 2 F10 à 2 F15.

Bibliothèque municipale de Dole : man.442.

 

La famille Galezot originaire des hauts plateaux jurassiens comprend un architecte célèbre, et de nombreux sculpteurs dispersés dans la province. Les membres de cette dynastie d’artistes installés à Lons-le-Saunier au XVIIIe siècle, sculpteurs sur bois, ont constitué un ensemble archivistique dans une démarche visant à construire la mémoire de leur réussite. Ce fonds comprend la correspondance à la fois familiale et professionnelle de Claude-Marie Galezot (1712-1776) et se complète par sa correspondance avec le sculpteur de Saint-Claude Joseph Rosset (1706-1786) conservée à la bibliothèque de Dole. Cette correspondance est précieuse par sa rareté : si nous connaissons des livres de raison ou des livres de comptes pour des architectes ou des peintres du XVIIIe siècle, plus rares sont les publications de ce type de source et de correspondances pour les sculpteurs. Si cette source relève de la catégorie des écrits du for privé, elle est aussi une correspondance liée à l’activité de sculpteur sur bois.

Cet ensemble de 142 lettres se prête aux multiples approches historiennes des écrits du for privé privilégiés par la micro-histoire. Outre l’étude anthropologique et culturelle des pratiques épistolières à l’époque moderne, l’histoire de la famille, il permet surtout de connaître le monde professionnel des sculpteurs du XVIIIe siècle : les réseaux familiaux et professionnels construits à l’échelle de la province, l’organisation de l’apprentissage, les pratiques d’atelier, le rôle de la sous-traitance. Il apporte aussi un éclairage sur le marché des œuvres et l’établissement de leur prix, les techniques du travail du sculpteur et les aspects stylistiques.

Patricia Subirade

Le livre de Raison de Jean Ferrère : le quotidien d’un sculpteur bigourdan (1768-1779)

Archives départementales des Hautes-Pyrénées, 45 J.

Jean II Ferrère (1718-1795) est un sculpteur sur bois, issu d’une dynastie considérée comme la plus importante des Pyrénées centrales à l’époque moderne. La découverte de ce livre de raison date d’une trentaine d’années et malgré son importance, il n’avait jamais été transcrit ni étudié en profondeur jusqu’à aujourd’hui. Couvrant une dizaine d’années (1768 à 1779), il compte 185 folios recto-verso. Plus qu’un simple livre de compte, ce document est une source rare sur la vie d’un sculpteur évoluant en milieu rural et sur de nombreux aspects de son métier : ses commandes, le fonctionnement et la composition de son atelier, ses relations avec les peintres-doreurs, ponctué de quelques croquis pour des retables et des tabernacles. En outre, il s’agit d’un témoignage unique sur la vie quotidienne dans les Pyrénées centrales au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle qui nous renseigne sur les habitudes de Jean Ferrère, sur sa famille, sur son milieu social et sur ses nombreuses occupations annexes.

Laure Decomble.

Lettres de Jean-Michel Verdiguier à l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, 1761-1777.

Marseille, BMVR, Ms 988-1006, VIII.

 
Jean-Michel Verdiguier (1706-1796)  est un sculpteur marseillais qui compte parmi les artistes à l’origine de la fondation de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille. Entre 1761 et 1777, Verdiguier expédie à cette institution dix-huit lettres qui sont aujourd’hui conservées à la bibliothèque de l’Alcazar à Marseille. Cette correspondance est intéressante à plus d’un titre : elle illustre tout d’abord l’activité d’une académie de province (comptes, statuts, exposition annuelle, gazette, recensement du patrimoine local…). Elle rend compte d’une série de processus favorisant une circulation et une acculturation  des formes artistiques, comme les déplacements d’artistes, les réceptions d’amateurs, les échanges de vœux ou les envois d’œuvre. Enfin, elle permet d’approcher au plus près certaines pratiques du travail, la concurrence entre les artistes, la réception des œuvres d’art et leur perception par le public, tout comme les processus de sociabilité (dîners en villes, relations conviviales) nécessaires au développement d’une carrière artistique.

Émilie Motte

Le livre de comptes du sculpteur Lluís Bonifàs y Massó (1730-1786)

             Lluís Bonifàs y Massó (1730-1786) est un sculpteur catalan originaire de Valls (près de Tarragonne), ville où il fit l’ensemble de sa carrière. Il fait partie d’une dynastie de sculpteurs qui travaillèrent en Catalogne, d’abord à Barcelone dès les années 1650, puis Valls à la fin du XVIIe siècle. Lluís Bonifàs est un des rares sculpteurs catalans de l’époque baroque a avoir suscité l’intérêt des chercheurs dès la fin du XIXe siècle, à une époque ou l’historiographie catalane ne s’intéresse qu’à la période médiévale. Cité à plusieurs reprises dans les histoires « locales », c’est César Martinell, un des grands historiens de l’art baroque catalan, lui-même originaire de Valls, qui lui consacrera ses premières recherches dans les années 1910. Rassemblant les archives sur l’artiste et sa famille, il inventorie et photographie ses oeuvres – qui, la plupart, disparaitront lors de la guerre civile. Pendant 30 ans, il publiera divers articles sur les Bonifàs: dès 1917, sur le livre de notes; dans les années 1920, sur la dynastie; en 1947, sur son « école de sculpture »; en 1948 enfin, un article présentant l’intégralité des connaissances biographiques et le premier catalogue des oeuvres de Lluís Bonifàs.

Le livre de notes, conservé en mains privées chez les descendants de l’artiste, fut rédigé en catalan entre 1755 et 1786. Il comprend une centaine de folios dont plusieurs sont vierges. Connu des historiens de Valls dès le XIXe, partiellement publié, ce livre de notes n’a jamais fait l’étude d’une étude approfondie en dépit d’une qualité remarquable. César Martinell, en 1917, en publia certes quelques extraits, s’intéressant surtout aux oeuvres qui y étaient mentionnées, afin de les mettre en rapport avec celles conservées.

Continuer la lecture de Le livre de comptes du sculpteur Lluís Bonifàs y Massó (1730-1786)

Programme de la journée : livres de raison et correspondances de sculpteurs au XVIIIe siècle

Livres de raison et correspondances de sculpteurs au XVIIIe siècle

Accueil des participants

Allocution de bienvenue. Présentation du projet Arquimesa.
Nicolas Marty, Professeur, Doyen de la faculté de lettres
Julien Lugand, Maître de conférences, Université Perpignan-Via Domitia

« Le livre de raison de Jean Ferrère : le quotidien d’un sculpteur bigourdan (1754-1779) ». Laure Decomble, Université Toulouse-le Mirail

« Correspondances académiques. Le sculpteur Jean-Michel Verdiguier et l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille (1764-1770) ».
Emilie Motte-Roffidal, Université de Provence

Pause

« A la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire de l’art: pratiques d’un atelier de sculpture du XVIIIe siècle à travers la correspondance de Claude-Marie Galezot (1740-1770) ».

Continuer la lecture de Programme de la journée : livres de raison et correspondances de sculpteurs au XVIIIe siècle