Archives de catégorie : Thèmes

Arquimesa propose plusieurs thèmes pour présenter textes et sources du monde des métiers

Séminaire Histoire de la Construction : les sources du chantier

La  cinquième et dernière séance de l’année universitaire du séminaire d’Histoire de la construction sera  consacrée aux sources du chantier. Elle concerne donc particulièrement les thématiques d’Arquimesa.
Ce séminaire aura lieu  le lundi 15 maii 2017 de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30 – (Attention changement de lieux) 
Université de recherche Paris Sciences et Lettres
PSL, salle de séminaire
60, rue Mazarine, 75006 PARIS
métro : Saint-Germain des Prés, 
Mabillon ou Odéon
 
Dans cette séance, seront entendus :
 
–          Hélène Dessales
Un bâtiment ordinaire, une source extraordinaire : la lex parieti faciendo (105 av. J.-C.)
–          Pauline Ducret
La correspondance de Cicéron : une source fragmentaire mais précieuse sur les chantiers privés romains 
–          Paulo Charruadas et Philippe Sosnowska (avec Michel de Waha et Jean-Louis Vanbelle)
Le monde de la construction dans les anciens Pays-Bas. Les notes personnelles du conseiller des Finances Nicolas de Brouchoven (1683-1714)
–          Robert Carvais
La fécondité des rares sources d’entreprises de construction à l’aube du XIXsiècle pour l’histoire du chantier : les papiers de l’entrepreneur des travaux publics rennais Pierre-Théodore-Marie Louise (1782-1841)
 

Continuer la lecture de Séminaire Histoire de la Construction : les sources du chantier

La chancellerie consulaire française (XVIe-XXe siècle) : attributions, organisation, agents, usagers

 

Arnaud Bartolomei nous signale la parution d’un dossier intitulé « La chancellerie consulaire française (XVIe-XXe siècle) : attributions, organisation, agents, usagers » (coord. A. Bartolomei, M. Grenet, F. Jesné, J. Ulbert) dans le dernier numéro des Mefrim (http://mefrim.revues.org/2551), qui est issu d’une journée d’études organisée à Nantes en juin 2015 et qui traite d’une institution qui a joué un rôle important dans l’encadrement des échanges commerciaux et maritimes aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

La chancellerie consulaire française (XVIe-XXe siècle) : attributions, organisation, agents, usagers

sous la direction d’Arnaud Bartolomei, Mathieu Grenet, Fabrice Jesné et Jörg Ulbert

Arnaud Bartolomei, Mathieu Grenet, Fabrice Jesné et Jörg Ulbert

Introduction [Texte intégral]

Jörg Ulbert

Qu’est-ce qu’un chancelier de consulat ? Une approche par les textes de droit français [Texte intégral]

Annalisa Biagianti

Recrutement et pratiques en chancellerie consulaire. Le cas du consulat de France à Ancône et des vice-consulats de l’Adriatique (1726-1814) [Texte intégral]

Mathieu Jestin

Un kaléidoscope administratif : la chancellerie du consulat de France à Salonique en 1839 [Texte intégral]

Alexandre Massé

« Une place peu convenable » : Être chancelier d’un consulat de France (premier XIXe siècle) [Texte intégral]

Olivier Le Gouic

La chancellerie du consulat de France à Cadix (1763-1789) [Texte intégral]

Arnaud Bartolomei

Actes notariés versus actes de chancellerie. Le rôle des chancelleries consulaires françaises dans la formalisation des actes commerciaux et civils (XVIIIe-XIXe siècle) [Texte intégral]

Une marchande perpignanaise au XVIIIe siècle: Jeanne Rey (AD PO 1 J 456 1-3)

Veuve du marchand de Perpignan Raymond Rey, la droguiste Jeanne Rey a laissé comme trace de son activité commerciale trois registres de ventes et d’achats couvrant la période 1748-1767. Ces trois volumes, rédigés d’une écriture soignée et régulière, revêtent un caractère précieux pour l’histoire du petit commerce à la fin de l’Ancien Régime. Présentant une organisation chronologique, les pages de ces livres de comptes détaillent pour chacune des journées renseignées la qualité, le prix et le poids de chacune des marchandises expédiées par les fournisseurs ou vendues à des acheteurs.

Archives Départementales des Pyrénées Orientales- livres d’achat de la Veuve Rey, premier volume 1748-1760, coté 1 J 426 /1 - Folio 9
Archives Départementales des Pyrénées Orientales-  Extrait des livres d’achat de la Veuve Rey, premier volume 1748-1760, coté 1 J 426 /1 – Folio 9

 

livres d’achat de la Veuve Rey, premier volume 1748-1760, coté 1 J 426 /1-3

Si la localisation de la boutique de Jeanne Rey n’est pas indiquée, la diversité des produits évoqués suffit à caractériser sa profession. Au-delà de la simple distribution de poisson conditionné (sardine, saumon, morue), qui aurait rattaché cette commerçante à la corporation des marchands mangonniers, la présence sur ses étagères ou sur son comptoir de cordes, de toiles, de cire et de cierges, de savon, d’épices ou de fromage, la classe clairement dans la corporation des droguistes, d’ailleurs signalée sur la couverture des trois volumes. Ces registres offrent dans tous les cas à l’historien un éclairage précis sur la nature des échanges organisés depuis la boutique de la veuve.

De manière attendue, on y découvre un espace de chalandise relativement limité, privilégiant un marché d’immédiate proximité, constitué par la ville et son plat-pays (Pia, Toulouges, Tressere ou Saint-Laurent-de-la-Salanque), parfois poussé, en longeant la partie amont de la Têt, jusqu’à la fourniture des tables de Saint-Marçal au cœur de la montagne des Aspres. L’étude des fournisseurs de la marchande de Perpignan facilite par ailleurs utilement notre compréhension des réseaux d’approvisionnement de la ville. Elle révèle la dépendance de la place roussillonnaise à l’égard d’un centre de redistribution marseillais dominant, matérialisée par un mouvement de cabotage très nourri. À partir des ports de Canet et de Collioure, des convois de mules assurent l’ultime transport vers la ville du sucre, du riz ou de la morue embarqués sur les quais du port provençal.

Continuer la lecture de Une marchande perpignanaise au XVIIIe siècle: Jeanne Rey (AD PO 1 J 456 1-3)

Une nouvelle revue internationale d’histoire de la Construction

La création d’une nouvelle revue internationale d’histoire de la construction, Aedificare, est effective. Le premier numéro est prévu pour janvier 2017. Cette revue est multilingue et bi-annuelle en ligne et papier. Les chercheurs pourront y trouver des articles sur le champs de la construction, tout comme des sources publiées et commentées, des recensions, ou l’actualité de la recherche en cours. Les jeunes chercheurs et doctorants sont bienvenus pour présenter leurs travaux et leurs avancées. La revue proposera des varia comme des numéros thématiques.

Nous acceptons les propositions de numéros et les articles à l’adresse aedificare.revue@gmail.com.  Pour garantir leur qualité scientifique, les articles feront l’objet d’une sélection en double aveugle par des pairs. Même si le premier numéro est en cours d’élaboration, nous pouvons encore accepter des textes pour celui-ci. N’hésitez pas à nous contacter. Nous vous remercions de l’accueil que vous porterez à cette nouvelle revue et nous vous invitons à la signaler aux personnes susceptibles d’être concernées en France, mais aussi à l’étranger. La notice jointe est disponible dans quatre autres langues : anglais, allemand, espagnol et italien.   Pour plus d’information, veuillez cliquer sur le lien suivant :
http://www.histoireconstruction.fr/wp-content/uploads/2016/06/Aedificare-FR-1.pdf
Bien cordialement à tous

Sandrine Victor pour le comité éditorial

Pratiques et matérialités des relations entre marchands : les vidéos

Les vidéos des contributions à la journée d’études « Pratiques et matérialités des relations entre marchands. Dialogues interdisciplinaires » qui était organisée par le programme ANR Fiduciae et qui s’est tenue à Lille le 2 juin 2016, sont désormais consultables sur le site de l’Université Lille 3 (https://live3.univ-lille3.fr/collections/pratiques-et-materialites-des-relations-entre-marchands-dialogues-interdisciplinaires). Le lien est également accessible depuis le site du programme Fiduciae (http://cmmc-nice.fr/recherches-2/programmes-finances-2/fiduciae/).

Je vous rappelle les intitulés des contributions des quatre intervenants :
Michel Grossetti (CNRS-EHESS-Toulouse) : « Les chaînes relationnelles : une méthode pour étudier la mobilisation de relations sociales »
Alina Surubaru (Université de Bordeaux) : « La fragilité des liens marchands »
10h45 : pause
Stefano Ugolini (Sciences Po Toulouse, LEREPS) : « Confiance personnelle et stabilité financière: le système de la lettre de change au XIXe siècle »
Mikhail Xifaras (Sciences Po-Paris) : « Théorie du patrimoine, affectation et droits d’administration »

Séminaire Terrae : « Oser, gérer, risquer : Entreprendre dans le bâtiment

Sandrine Victor nous communique un séminaire qui intéressera fortement les thématiques Arquimesa et les lecteurs de ce carnet de recherche :

« Oser, gérer, risquer : Entreprendre dans le bâtiment » du prochain séminaire TERRAE, qui aura lieu, vendredi 6 novembre, à la Bibliothèque d’Etudes Méridionales (rue du Taur à Toulouse).

Il sera organisé par Nelly Pousthomis, Bastien Lefèbvre et Sandrine Victor.

Vous pouvez télécharger en cliquant ici :

2015-11-6-Terrae-Seminaire-affiche

Programme :

9h30-­12h30
Sandrine Victor (CUFR Jean-­‐François Champollion- Albi, Framespa)(coord.), Bastien Lefebvre (Univ.Toulouse Jean Jaurès, TRACES), Nelly Pousthomis (Univ. Toulouse Jean Jaurès, TRACES),

Propos liminaires.
Philippe Bernardi (LAMOP),
En guise d’introduction : Peut-­‐on faire l’histoire de la petite entreprise ?
Quitterie Cazes (Univ. Toulouse Jean Jaurès, Framespa) , La brique à Toulouse -­ XIe-­XIIe siècles.

14h-­‐17h
Marion Foucher (docteure associée UMR 6298 ArTeHiS), Oser, gérer, risquer sur le chantier de la Chartreuse de Champmol (fin XIVe -­XVe siècles) : stratégies globales et individuelles autour de la pierre à bâtir.
Catherine Verna (Univ. Paris 8, EA 1571), Entreprise et stratégies de survie : les Basques en Catalogne (XVe siècle).

Cordialement

Sandrine Victor
Maître de conférence d’Histoire Médiévale Responsable de la  Licence d’Histoire Vice-présidente du Conseil Scientifique et Pédagogique CUFR Jean-François Champollion- Albi
Framespa- UMR 5136
CRHISM- Perpignan

http://univ-jfc.academia.edu/SandrineVictor

Un colloque intéressant les thèmes d’Arquimesa : les intermédiaires du travail

Colloque international

Les intermédiaires du travail :
figures sociales du recrutement et de la gestion des travailleurs, XIVe-XXe siècle

Université Paris-Est Marne-la-Vallée– Bâtiment Bois de l’Étang22-23 juin 2015 

 22 juin 

9h30 : accueil des participants

10h : Corine Maitte (Upem, Acp), Manuela Martini (Paris 7, Ict), Andrea Caracausi (Padova), Introduction

Session 1 : Fattori, agents, intendants dans le textile

Président de session : Laurent Feller (Paris 1, Lamop)

10h30 : Didier Terrier (Valenciennes, Calhiste), Des rouages effacés : les intermédiaires dans la proto-industrie textile (France du Nord-Ouest, XVIIIe-XIXe siècle)

11h : Beatrice Zucca (Rouen, Grhis), Immigration, travail à domicile et marchands-entrepreneurs à Turin au XVIIIe siècle : une configuration sociale et économique favorable aux intermédiaires ?

11h30 : Francesco Ammannati (Bocconi, Milano), Intermediari del lavoro nell’Arte della lana fiorentina tra basso medioevo e prima età moderna : i « fattori » – Les « facteurs » : Intermédiaires du travail dans l’organisation de la draperie florentine entre bas Moyen Âge et XVIe siècle

12h Discutant : Dominique Margairaz (Paris 1, Idhes)

12h30 : discussion générale

13h-14h Repas

Session 2 : Figures de la médiation du travail dans le bâtiment

Président de session : Anne Wegener (Paris 1, Ihmc)

14h15 : Sandrine Victor (Albi, Framespa), Les réseaux d’affaires dans le bâtiment : entrepreneurs et intermédiaires en Catalogne au XVe siècle

14h45 : Philippe Bernardi (Paris 1, Lamop), Les intermédiaires du travail dans les métiers du bâtiment aixois au XVe siècle

15h15 : Rolla Nicoletta (Ehess), Figure di intermediazione nel mercato del lavoro edile di Torino nella prima metà del Settecento – Figures d’intermédiations sur le marché du travail du bâtiment turinois dans la première moitié du XVIIIe siècle

Continuer la lecture de Un colloque intéressant les thèmes d’Arquimesa : les intermédiaires du travail

La correspondance de Claude-Marie Galezot, sculpteur comtois du XVIIIe siècle (des années 1730 aux années 1770) : à la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire de l’art.

Archives départementales du Jura : fonds Galezot , 2 F10 à 2 F15.

Bibliothèque municipale de Dole : man.442.

 

La famille Galezot originaire des hauts plateaux jurassiens comprend un architecte célèbre, et de nombreux sculpteurs dispersés dans la province. Les membres de cette dynastie d’artistes installés à Lons-le-Saunier au XVIIIe siècle, sculpteurs sur bois, ont constitué un ensemble archivistique dans une démarche visant à construire la mémoire de leur réussite. Ce fonds comprend la correspondance à la fois familiale et professionnelle de Claude-Marie Galezot (1712-1776) et se complète par sa correspondance avec le sculpteur de Saint-Claude Joseph Rosset (1706-1786) conservée à la bibliothèque de Dole. Cette correspondance est précieuse par sa rareté : si nous connaissons des livres de raison ou des livres de comptes pour des architectes ou des peintres du XVIIIe siècle, plus rares sont les publications de ce type de source et de correspondances pour les sculpteurs. Si cette source relève de la catégorie des écrits du for privé, elle est aussi une correspondance liée à l’activité de sculpteur sur bois.

Cet ensemble de 142 lettres se prête aux multiples approches historiennes des écrits du for privé privilégiés par la micro-histoire. Outre l’étude anthropologique et culturelle des pratiques épistolières à l’époque moderne, l’histoire de la famille, il permet surtout de connaître le monde professionnel des sculpteurs du XVIIIe siècle : les réseaux familiaux et professionnels construits à l’échelle de la province, l’organisation de l’apprentissage, les pratiques d’atelier, le rôle de la sous-traitance. Il apporte aussi un éclairage sur le marché des œuvres et l’établissement de leur prix, les techniques du travail du sculpteur et les aspects stylistiques.

Patricia Subirade

Notes de Patrice Poujade sur quelques publications récentes

 

C’est une publication de documents de grand intérêt que nous offrent dans le volume 2014 du Bulletin de la Commission royale d’Histoire-Handelingen van de Koninklijke Commissie voor Geschiedenis de l’Académie royale de Belgique, Francis Brumont et Jean-Philippe Priotti, tous les deux spécialistes d’histoire espagnole et du commerce à l’époque moderne. Le corpus est composé de 84 lettres, la plupart conservées à l’Archivo Real y General de Navarra, à Pampelune, dans la série « Tribunales reales ». En effet, le gros de la documentation éditée provient d’un procès et concerne des lettres (70) impliquant, de près ou de plus loin, Rodrigo de Espinosa, petit mercier navarrais. La plupart des lettres ont été écrites depuis les quatre foires castillanes annuelles de Medina del Campo (mai et octobre), Medina de Río Seco (août) et Villalón (autour de Mi-Carême-Pâques). Le reste (14 lettres) est constitué par des lettres échangées entre Anvers et la Navarre en 1555-1556.

La publication de ces lettres, qui occupe la dernière partie de l’ouvrage, est accompagnée d’une bibliographie et d’un index des noms de lieux, de personnes et de matières. Les 85 premières pages de l’ouvrage forment une intéressante présentation et une étude des lettres publiées, complétées par quelques annexes. Le quotidien des acteurs du commerce, leurs relations et interrelations sont au cœur de ce travail dont le contexte sont les foires de Castille au temps de leur apogée dans la première partie du XVIe siècle. Continuer la lecture de Notes de Patrice Poujade sur quelques publications récentes

Le livre de Raison de Jean Ferrère : le quotidien d’un sculpteur bigourdan (1768-1779)

Archives départementales des Hautes-Pyrénées, 45 J.

Jean II Ferrère (1718-1795) est un sculpteur sur bois, issu d’une dynastie considérée comme la plus importante des Pyrénées centrales à l’époque moderne. La découverte de ce livre de raison date d’une trentaine d’années et malgré son importance, il n’avait jamais été transcrit ni étudié en profondeur jusqu’à aujourd’hui. Couvrant une dizaine d’années (1768 à 1779), il compte 185 folios recto-verso. Plus qu’un simple livre de compte, ce document est une source rare sur la vie d’un sculpteur évoluant en milieu rural et sur de nombreux aspects de son métier : ses commandes, le fonctionnement et la composition de son atelier, ses relations avec les peintres-doreurs, ponctué de quelques croquis pour des retables et des tabernacles. En outre, il s’agit d’un témoignage unique sur la vie quotidienne dans les Pyrénées centrales au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle qui nous renseigne sur les habitudes de Jean Ferrère, sur sa famille, sur son milieu social et sur ses nombreuses occupations annexes.

Laure Decomble.

Le métier de marchand – L’ofici de mercader

Le métier de marchand – L’ofici de mercader

Responsable : Patrice Poujade

Le programme « Le métier de marchand » se base sur un fonds documentaire qui permet de nourrir une réflexion plus générale sur le monde du commerce dans l’Europe du Sud moderne.

escut P. Fizes
escut P. Fizes 

 Le marchand quercinois installé à Barcelone Pere Fizes a laissé à l’Arxiu comarcal del Vallès occidental à Terrassa (province de Barcelone) un ensemble composé des quelque 900 lettres que lui et son fils reçurent entre 1650 et 1680. Cette masse documentaire donne des possibilités d’exploitation nombreuses, d’autant qu’elle est complétée par plusieurs livres de comptes. On peut reconstituer le réseau commercial et de correspondants de ce marchand en Méditerranée (Rome, Gênes, Marseille, Perpignan, Tarragone, Alicante, Valence, etc.), dans l’intérieur ibérique (Madrid, Saragosse) , dans les terres du royaume de France (Toulouse, Limoges, Valence, Lyon, Paris), en Europe du Nord-Ouest (Saint-Malo, Plymouth, Anvers, Amsterdam, Hambourg)…

marque Fizes 17 4 1675
marque Fizes 17 4 1675

On peut encore apprécier le rôle des voyages dans la formation au métier de marchand, la pratique des langues (les lettres reçues par Fizes sont en catalan, français, espagnol – pour l’essentiel -, quelques rares en italien, anglais et néerlandais), les réseaux sociaux, les relations de confiance dans le réseau et dans la famille, les préoccupations économiques, etc. Cette documentation est une source de première importance pour connaître l’activité d’un marchand de quelque importance dans la capitale catalane de la deuxième moitié du XVIIe siècle, voire pour apprécier la place de Barcelone dans le grand commerce terrestre et maritime.

Lettres de Jean-Michel Verdiguier à l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, 1761-1777.

Marseille, BMVR, Ms 988-1006, VIII.

 
Jean-Michel Verdiguier (1706-1796)  est un sculpteur marseillais qui compte parmi les artistes à l’origine de la fondation de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille. Entre 1761 et 1777, Verdiguier expédie à cette institution dix-huit lettres qui sont aujourd’hui conservées à la bibliothèque de l’Alcazar à Marseille. Cette correspondance est intéressante à plus d’un titre : elle illustre tout d’abord l’activité d’une académie de province (comptes, statuts, exposition annuelle, gazette, recensement du patrimoine local…). Elle rend compte d’une série de processus favorisant une circulation et une acculturation  des formes artistiques, comme les déplacements d’artistes, les réceptions d’amateurs, les échanges de vœux ou les envois d’œuvre. Enfin, elle permet d’approcher au plus près certaines pratiques du travail, la concurrence entre les artistes, la réception des œuvres d’art et leur perception par le public, tout comme les processus de sociabilité (dîners en villes, relations conviviales) nécessaires au développement d’une carrière artistique.

Émilie Motte

Le livre de comptes du sculpteur Lluís Bonifàs y Massó (1730-1786)

             Lluís Bonifàs y Massó (1730-1786) est un sculpteur catalan originaire de Valls (près de Tarragonne), ville où il fit l’ensemble de sa carrière. Il fait partie d’une dynastie de sculpteurs qui travaillèrent en Catalogne, d’abord à Barcelone dès les années 1650, puis Valls à la fin du XVIIe siècle. Lluís Bonifàs est un des rares sculpteurs catalans de l’époque baroque a avoir suscité l’intérêt des chercheurs dès la fin du XIXe siècle, à une époque ou l’historiographie catalane ne s’intéresse qu’à la période médiévale. Cité à plusieurs reprises dans les histoires « locales », c’est César Martinell, un des grands historiens de l’art baroque catalan, lui-même originaire de Valls, qui lui consacrera ses premières recherches dans les années 1910. Rassemblant les archives sur l’artiste et sa famille, il inventorie et photographie ses oeuvres – qui, la plupart, disparaitront lors de la guerre civile. Pendant 30 ans, il publiera divers articles sur les Bonifàs: dès 1917, sur le livre de notes; dans les années 1920, sur la dynastie; en 1947, sur son « école de sculpture »; en 1948 enfin, un article présentant l’intégralité des connaissances biographiques et le premier catalogue des oeuvres de Lluís Bonifàs.

Le livre de notes, conservé en mains privées chez les descendants de l’artiste, fut rédigé en catalan entre 1755 et 1786. Il comprend une centaine de folios dont plusieurs sont vierges. Connu des historiens de Valls dès le XIXe, partiellement publié, ce livre de notes n’a jamais fait l’étude d’une étude approfondie en dépit d’une qualité remarquable. César Martinell, en 1917, en publia certes quelques extraits, s’intéressant surtout aux oeuvres qui y étaient mentionnées, afin de les mettre en rapport avec celles conservées.

Continuer la lecture de Le livre de comptes du sculpteur Lluís Bonifàs y Massó (1730-1786)

Resumé / Resum Mémoire de Master, Tesina de Màster : Les Marchands André Marcourel et Jacques Bouttes, Aurora Lafforgue

ADPO, 11 Bp 585, livre de comptes J. Bouttes (1668-1674)
ADPO, 11 Bp 585, livre de comptes J. Bouttes (1668-1674)

Aurora LAFFORGUE, Les marchands André Marcourel et Jacques Bouttes dans les réseaux commerciaux entre le Languedoc et le Principat de Catalogne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, Mémoire de Master, sous la direction de Patrice Poujade, Université de Perpignan, 2014, 271 p.

             À travers une étude de cas de deux marchands installés à Perpignan, basée sur l’analyse d’archives notariales, judiciaires, comptables et épistolaires, ce mémoire ouvre le champ de la recherche sur les réseaux commerciaux de Perpignan dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, faisant apparaître l’organisation et les rouages du monde marchand. L’étude de ce microcosme met en lumière les stratégies socioprofessionnelles des acteurs du commerce, dont l’origine culturelle commune est facteur de liens économiques et commerciaux de part et d’autre des Pyrénées. Désormais sous occupation française, la capitale roussillonnaise et son territoire se situent dans une phase de transition où coexistent les us et coutumes catalano-aragonais et français, issus de deux régimes monarchiques différents. Cette dualité et la localisation de Perpignan invitent à penser cette ville et son territoire comme un nœud dans le commerce de tissus transpyrénéen.

Aurora LAFFORGUE, Les marchands André Marcourel et Jacques Bouttes dans les réseaux commerciaux entre le Languedoc et le Principat de Catalogne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, tesina de Màster sota la direcció de Patrici Pojada, Universitat de Perpinyà, 2014, 271 p.

            Mitjançant un estudi de cas de dos mercaders instal·lats a Perpinyà, basat en l’anàlisi d’arxius de protocols, judicials, comptables i epistolars, aquesta tesina permet obrir la recerca a les xarxes comercials de Perpinyà de la segona meitat del segle XVII, fent aparèixer l’organització i els mecanismes del món mercader. L’estudi d’aquest microcosmos evidencia les estratègies socioprofessionals dels actors del comerç, l’origen cultural comú dels quals afavoreix enllaços econòmics i comercials a banda i banda dels Pirineus. Ocupats pels francesos, la capital rossellonesa i el seu territori es situen en una fase de transició en la qual coexisteixen els hàbits i costums catalano-aragonesos i francesos, eixits de dos règims monàrquics diferents. Considerant la seua dualitat i la seua localització, Perpinyà i el seu territori es poden definir com a cruïlla en el comerç transpirinenc de teixits.