Tous les articles par P. Poujade

Professor de las Universitats en istòria modèrna - Catedràtic d'història moderna - Professeur des Universités en histoire moderne - Catedrático de historia moderna

Un artículo sobre los mercaderes

Josep San Ruperto Albert, doctorando de la Universidad de Valencia, acaba de publicar en RiMe (Rivista dell’Istituto di Storia dell’Europa Mediterranea) (http://rime.to.cnr.it/2012/index.php?option=com_content&view=article&id=100&Itemid=84&lang=it) de diciembre de 2016, un artículo titulado “Coordinar mercancías y finanzas. La movilidad de una compañía subalpina en el Mediterráneo del Seiscientos”. En este artículo se tratan dos cuestiones: cómo se gestionó la movilidad y el intercambio económico en un Mediterráneo cada vez más plural durante el Seiscientos y en qué medida participaron los emprendedores migrantes mediterráneos en la configuración de la integración económica europea y global. Para ello, el autor se basa en la trayectoria de las familias milanesas Cernezzi y Odescalchi como punto de observación del mundo del comercio y las finanzas. A través de su experiencia, analiza las redes que crearon con la compra, venta y transporte de mercancías y mediante su actividad como operadores financieros.

Un livre sur les marchands à l’époque moderne

Un livre de David Alonso García, Mercados y mercaderes en los siglos XVI y XVII

© Editorial Sintesis
© Editorial Sintesis

            Enseignant-chercheur en histoire moderne à l’Université Complutense de Madrid, David Alonso García est d’abord un spécialiste de la fiscalité castillane des premières décennies du XVIe siècle (thèse soutenue en 2004 à l’Université Complutense) avant de s’intéresser aux réseaux commerciaux, en particulier génois dans la Castille de la toute première modernité ; on lui doit diverses publications dans ce domaine surtout publiées dans des ouvrages collectifs. Sous sa signature, avec le titre de Mercados y mercaderes en los siglos XVI y XVII. Una historia global, les éditions madrilènes Síntesis viennent de publier une synthèse sur le monde des marchands à l’époque moderne dans laquelle l’auteur présente dans les deux premières parties l’évolution du commerce moderne et dans les deux dernières se centre sur les diasporas et les colonies marchandes en Europe, Asie, Amérique et Afrique, approche les réseaux commerciaux et aborde la complexe question de la formation des marchands, de leur vie professionnelle, privée, culturelle… Le sous-titre, Una historia global, tient sa justification car, justement, ce manuel ne néglige pas les mondes extra-européens à qui sont consacrés plusieurs chapitres dans les différentes parties de l’ouvrage. La volonté de l’auteur est d’insister sur la mise en interrelation de tous ces espaces au cours de la première modernité créant une « économie globale ». Si la plus grande partie de l’ouvrage est une approche que l’on pourrait appeler « structurelle » bien qu’elle se centre aussi sur l’évolution du commerce et des réseaux, l’auteur redescend vers le marchand dans le quinzième et dernier chapitre intitulé précisément « La vida de un mercader ». Il y a envisage tour à tour la formation théorique et pratique des marchands, le mariage, la culture matérielle, la religiosité et les mentalités, le travail et l’organisation en sociétés. Là, c’est le cas européen, voire méditerranéen sinon castillan, qui devient le « modèle » même si quelques incursions dans l’Empire songhai ou quelques comparaisons avec l’Inde n’en sont pas absentes.

            L’ouvrage se termine par une petite chronologie de faits relatifs au commerce ou d’autres événements qui lui sont liés entre 1443 (construction du fort d’Arguim en Mauritanie par les Portugais) et 1694 (création de la Banque d’Angleterre) et une bibliographie (essentiellement en espagnol et en anglais) qui devrait rendre quelques services. Avec ce livre, David Alonso García offre aux étudiants, d’abord, mais aussi à toute personne intéressée, une introduction complète de ce que pouvait être le monde des marchands et du commerce dans les deux premiers siècles de l’époque moderne, comblant ainsi une lacune.

Patrice Poujade

David Alonso García, Mercados y mercaderes en los siglos XVI y XVII. Una historia global, Madrid, Editorial Síntesis, « Temas de historia moderna », 2016, 269 p.

Une thèse sur le commerce et les marchands

Une thèse sur le commerce et les marchands :

Sklaerenn Scuiller, Le commerce alimentaire dans l’Ouest de la France au XVIIIe siècle.

Territoires, pratiques et acteurs, thèse préparée à l’Université de Rennes II sous la direction du professeur Annie Antoine

11 décembre 2015

L’ambition de ce travail est d’apporter un éclairage nouveau sur le commerce des biens de consommation dans l’Ouest de la France au XVIIIe siècle ; d’en saisir l’organisation spatiale mais aussi sociale, en mettant en perspective les pratiques et les liens tissés par les acteurs du commerce, particulièrement les commerçants modestes. L’étude porte sur la province de Bretagne et la généralité de Caen, deux territoires voisins mais très différents sur le plan économique. L’un dispose de ports très importants pour le commerce alimentaire, l’autre de riches produits agricoles capables de nourrir d’importants flux commerciaux vers l’intérieur du royaume, notamment Paris.

La première partie porte sur les espaces de l’échange. Au-delà d’un simple examen de l’implantation des lieux du commerce, il s’agit d’analyser les dynamiques de ces derniers, leur attractivité et leur rôle dans la structuration des territoires. L’étude des trajectoires des denrées permet d’appréhender les conditions concrètes de la diffusion des produits alimentaires et le coût de leur transport.

Les pratiques marchandes sont interrogées dans une deuxième partie. L’enjeu est de savoir comment les acteurs du commerce s’informent, gèrent quotidiennement leur boutique et entretiennent des relations de confiance avec leurs interlocuteurs. Si les contrats oraux et les liens professionnels et interpersonnels restent les moteurs de leur activité, l’utilisation du papier comme instrument de crédit et outil de diffusion des informations participe d’une dépersonnalisation partielle des relations de commerce.

La dernière partie est consacrée au monde du commerce alimentaire. Elle questionne l’horizon social des marchands en considérant leur rapport au crédit. Il s’agit également d’étudier leur fragilité face à la faillite, une procédure qui touche toutes les professions.

Les cartes d’un mercader anglès d’Alacant al segle XVII

En una ressenya precedent, esmentava tres obratges pareguts en 2013 i 2014 que publiquen correspondència de mercaders (veure ací). També hauria calgut que presentés el llibre un mica més antic de José Ignacio Martínez Ruiz (Universitat de Sevilla) i Perry Gauci (Lincoln College de la Universitat d’Oxford), Mercaderes ingleses en Alicante en el siglo XVII. Estudio y edición de la correspondencia comercial de Richard Houncell & Co. La primera part d’aquest treball, d’un poc menys de 100 pàgines, és un estudi introductori a la correspondència publicada. Els autors hi presenten Richard Houncell, mercader anglès instal·lat a Alacant, el paper del port al segle XVII, una anàlisi del comerç realitzat per Richard Houncell (productes, xarxes…), els anglesos a Alacant per tal de plaçar aquest cas en el context més general de la presència estrangera als ports valencians de l’època moderna.

La transcripció d’una selecció de 415 de les 1 123 cartes escrites per aquest mercader entre 1648 i 1651 ocupa més de 300 pàgines de la segona part. Més de 1 000 cartes en poc menys de quatre anys indica una activitat epistolar molt intensa. Acaben el llibre quatre molt útils índexs, un de les mercaderies esmentades a les cartes, un altre de noms de mercaders, un tercer de llocs i el quart temàtic on consta particularment una llarga llista de noms de vaixells.

L’interès d’aquestes cartes, en anglès i en espanyol, és evident però encara més rellevant si precisem que són les cartes enviades pel mercader ell mateix (correspondència activa) i no les cartes rebudes, cosa molt més rara. L’índex dels llocs indica les grans destinacions de les cartes del mercader anglès o sigui posa de manifest els seus interessos comercials. A banda de les connexions amb el país d’origen, Anglaterra – en especial Londres -, i Amsterdam, les principals relacions concerneixen els ports mediterranis. Així doncs, Gènova, Liorna, els ports valencians, ocupaven un paper destacat a l’activitat de la companyia de Richard Houncell. Aquesta orientació quasi exclusivament mediterrània, i gens terrestre, difereix de la que sobresurt de la correspondència passiva de Pere Fizes, mercader a Barcelona a la segona meitat del segle XVII que conservava vincles terrestres importants. La història familiar i personal diferent d’aquests dos mercaders, i llur ubicació en ports diferents (Alacant i Barcelona) expliquen, segurament, aquestes diferències de les xarxes que animaven.

Referència:

José Ignacio Martínez Ruiz i Perry Gauci, Mercaderes ingleses en Alicante en el siglo XVII. Estudio y edición de la correspondencia comercial de Richard Houncell & CO., Alacant, Publicacions de la Universitat d’Alacant, 2008, 485 p.

http://publicaciones.ua.es/publica/fichaval.aspx?fndCod=LI9788479089825#

Patrici Pojada