Tous les articles par Nicolas Marty

Nicolas Marty Professeur des Universités histoire Contemporaine, Catedràtic d'història contemporània Université de Perpignan, Universitat de Perpinyà

Le livre de comptes du sculpteur Lluís Bonifàs y Massó (1730-1786)

             Lluís Bonifàs y Massó (1730-1786) est un sculpteur catalan originaire de Valls (près de Tarragonne), ville où il fit l’ensemble de sa carrière. Il fait partie d’une dynastie de sculpteurs qui travaillèrent en Catalogne, d’abord à Barcelone dès les années 1650, puis Valls à la fin du XVIIe siècle. Lluís Bonifàs est un des rares sculpteurs catalans de l’époque baroque a avoir suscité l’intérêt des chercheurs dès la fin du XIXe siècle, à une époque ou l’historiographie catalane ne s’intéresse qu’à la période médiévale. Cité à plusieurs reprises dans les histoires « locales », c’est César Martinell, un des grands historiens de l’art baroque catalan, lui-même originaire de Valls, qui lui consacrera ses premières recherches dans les années 1910. Rassemblant les archives sur l’artiste et sa famille, il inventorie et photographie ses oeuvres – qui, la plupart, disparaitront lors de la guerre civile. Pendant 30 ans, il publiera divers articles sur les Bonifàs: dès 1917, sur le livre de notes; dans les années 1920, sur la dynastie; en 1947, sur son « école de sculpture »; en 1948 enfin, un article présentant l’intégralité des connaissances biographiques et le premier catalogue des oeuvres de Lluís Bonifàs.

Le livre de notes, conservé en mains privées chez les descendants de l’artiste, fut rédigé en catalan entre 1755 et 1786. Il comprend une centaine de folios dont plusieurs sont vierges. Connu des historiens de Valls dès le XIXe, partiellement publié, ce livre de notes n’a jamais fait l’étude d’une étude approfondie en dépit d’une qualité remarquable. César Martinell, en 1917, en publia certes quelques extraits, s’intéressant surtout aux oeuvres qui y étaient mentionnées, afin de les mettre en rapport avec celles conservées.

Continuer la lecture de Le livre de comptes du sculpteur Lluís Bonifàs y Massó (1730-1786)

Resumé / Resum Mémoire de Master, Tesina de Màster : Les Marchands André Marcourel et Jacques Bouttes, Aurora Lafforgue

ADPO, 11 Bp 585, livre de comptes J. Bouttes (1668-1674)
ADPO, 11 Bp 585, livre de comptes J. Bouttes (1668-1674)

Aurora LAFFORGUE, Les marchands André Marcourel et Jacques Bouttes dans les réseaux commerciaux entre le Languedoc et le Principat de Catalogne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, Mémoire de Master, sous la direction de Patrice Poujade, Université de Perpignan, 2014, 271 p.

             À travers une étude de cas de deux marchands installés à Perpignan, basée sur l’analyse d’archives notariales, judiciaires, comptables et épistolaires, ce mémoire ouvre le champ de la recherche sur les réseaux commerciaux de Perpignan dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, faisant apparaître l’organisation et les rouages du monde marchand. L’étude de ce microcosme met en lumière les stratégies socioprofessionnelles des acteurs du commerce, dont l’origine culturelle commune est facteur de liens économiques et commerciaux de part et d’autre des Pyrénées. Désormais sous occupation française, la capitale roussillonnaise et son territoire se situent dans une phase de transition où coexistent les us et coutumes catalano-aragonais et français, issus de deux régimes monarchiques différents. Cette dualité et la localisation de Perpignan invitent à penser cette ville et son territoire comme un nœud dans le commerce de tissus transpyrénéen.

Aurora LAFFORGUE, Les marchands André Marcourel et Jacques Bouttes dans les réseaux commerciaux entre le Languedoc et le Principat de Catalogne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, tesina de Màster sota la direcció de Patrici Pojada, Universitat de Perpinyà, 2014, 271 p.

            Mitjançant un estudi de cas de dos mercaders instal·lats a Perpinyà, basat en l’anàlisi d’arxius de protocols, judicials, comptables i epistolars, aquesta tesina permet obrir la recerca a les xarxes comercials de Perpinyà de la segona meitat del segle XVII, fent aparèixer l’organització i els mecanismes del món mercader. L’estudi d’aquest microcosmos evidencia les estratègies socioprofessionals dels actors del comerç, l’origen cultural comú dels quals afavoreix enllaços econòmics i comercials a banda i banda dels Pirineus. Ocupats pels francesos, la capital rossellonesa i el seu territori es situen en una fase de transició en la qual coexisteixen els hàbits i costums catalano-aragonesos i francesos, eixits de dos règims monàrquics diferents. Considerant la seua dualitat i la seua localització, Perpinyà i el seu territori es poden definir com a cruïlla en el comerç transpirinenc de teixits.

Présentation du thème : le métier de sculpteur

LE METIER DE SCULPTEUR

On ne compte plus, quel que soit le pays concerné, les monographies, études, synthèses et catalogues d’exposition sur la sculpture du XVIIIe siècle. Le style, la littérature artistique – entendue au sens large du terme – la diffusion et réception des modèles, la culture des commanditaires, l’iconographie sont autant de thèmes étudiés depuis maintenant de nombreuses années. Longtemps, le métier est resté, dans ces études, au-delà des traditions historiographiques nationales concernées par le programme Arquimesa, un thème marginal, souvent cantonné à la seule évocation des grands foyers, l’exemple des grands ateliers ou d’artistes majeurs. Jamais le sujet ne fit l’objet d’une étude basée sur l’analyse comparatiste de corpus archivistique.

Cela ne veut pas dire que l’on se soit désintéressé du sujet. En France, dans certaines provinces allemandes, italiennes, espagnoles il y eut, dès le XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, une tradition historique qui permit la publication ponctuelle de documents portant sur le cadre d’exercice du métier (les guildes, collèges ou confréries), la formation (apprentissage, compagnonnage et maîtrise), la vie sociale, religieuse ou intellectuelle des sculpteurs. Mais force est de constater que cette tradition resta le fait de revues savantes souvent liées aux sociétés historiques locales, dont les publications étaient peu diffusées ou difficiles d’accès. Cette tradition s’estompa avec le temps. La raison est à chercher dans l’évolution de l’histoire de l’art qui, en s’érigeant en discipline propre, s’est parfois coupée des travaux des érudits. L’histoire des métiers par exemple semblait appartenir davantage à l’histoire économique et matérielle qu’à l’histoire des formes et ne correspondait plus aux débats historiographiques du moment. Continuer la lecture de Présentation du thème : le métier de sculpteur

Peintres et doreurs en Roussillon, de Julien Lugand

L’ouvrage de Julien Lugand, tiré de sa thèse et paru en 2006, est une très bonne entrée pour comprendre le monde des ateliers du Roussillon des XVIIe et XVIIIe siècle

Julien Lugand, Peintres et doreurs en Roussillon aux XVII et XVIIIe siècles, Canet, Trabucaire, 2006

Peintres et doreurs en Roussillon aux XVIIe et XVIIIe siècles est un travail de synthèse au carrefour de l’histoire sociale, de l’histoire culturelle et de l’histoire du goût, qui nous restitue la réalité des métiers de peintre et de doreur dans une Province d’Ancien Régime, traitée dans son ensemble. La première partie s’intéresse au métier et à son organisation (la corporation, l’apprentissage, la réglementation de la concurrence…). Continuer la lecture de Peintres et doreurs en Roussillon, de Julien Lugand

Un apport majeur : Les bouchers et leurs affaires entre villes et campagnes (Espagne et France méridionale, XIIIe-XVe siècle)

e94bc8921c

Les 12 et 13 mai 2014 ont eu lieu à la Casa de Velázquez des journées sur le monde des bouchers dans la Couronne d’Aragon et la France méridionale. Les organisateurs étaient : Ramón Agustín BANEGAS LÓPEZ (EUHT Sant Pol, Universitat de Girona), Catherine VERNA (Université Paris 8), Sandrine VICTOR (Université d’Albi)
Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Université Paris 8, Université d’Albi, Universitat de Lleida (projet de recherche « Mercados alimenticios en la Edad Media: actores, mecanismos y dinámicas » financé par le Ministerio de Economía y Competitividad, HAR2012-31802)
Col. : LabEx SMS (Toulouse), FRAMESPA (UMR 5136).

Les deux journées d’étude ont été consacrées au boucher dans les espaces des Couronnes de Castille et d’Aragon et dans la France méridionale : membre des élites des bourgs et des petites villes, entrepreneur inscrit dans les domaines connexes de l’artisanat et de l’industrie dont il alimente et parfois domine les marchés, maquignon en mouvement dans les espaces de chalandises où il construit ses réseaux entre villes et campagnes, acteur des politiques fiscales, en particulier par la ferme des taxes indirectes levées sur les produits de consommation. À partir du cas des bouchers, dont les activités multiples se révèlent pourvoyeuses d’écrits, cet atelier aboutit à une réflexion sur l’entrepreneur, en particulier celui des campagnes et des petites villes. Les disponibilités financières et les réseaux dont il dispose lui permettent d’exercer une pluri-activité qui relève de sa capacité à jouer de différents secteurs de production et d’échange et de sa compétence à maîtriser les techniques qui y sont associées (compter, pratiquer le crédit, expertiser des produits, établir des changes monétaires…). Cette position d’intermédiaire est confirmée dans le domaine politique quand les bouchers, actifs dans la gestion des affaires de la communauté, se placent à la périphérie des élites rurales traditionnelles.

Pour plus d’informations, voir le programme ici 

Lancement du carnet de recherche Arquimesa – Hypothèse

Le Carnet de recherche est un espace d’échange, de transmission d’informations, de discussion sur les sources du monde des métiers, leur transcription, leur exploitation. C’est aussi un espace d’échange sur les mots utilisés et leurs traductions dans différentes langues et contextes.
Plusieurs thèmes / Ateliers sont abordés de manière privilégiés où sont présentés des travaux sur des sources, des vocabulaires spécifiques.
L’Actualité des fonds d’archives relatifs aux métiers y est également traitée
Le Carnet a vocation à publier des billets, des réflexions, des commentaires, des notes de lecture dans les langues des pays riverains de la méditerranée occidentale : Catalan, Castillan, Italien, Français, Occitan,

CR de Patrice Poujade sur Thierry Verdier, Dictionnaire occitan-français des termes d’architecture XVIe-XIXe siècles

Dictionnaire-occitan-francais-des-termes-darchitecture-Verdier

Thierry Verdier, Dictionnaire occitan-français des termes d’architecture XVIe-XIXe siècles, Paris, Les Éditions de Paris, 2013, 92 p.

            Thierry Verdier, professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université de Montpellier III, a publié en 2013 un dictionnaire occitan-français des termes de l’architecture à partir de sa connaissance des documents de l’époque moderne en Languedoc et Rouergue, appuyée sur quelques dictionnaires dont en trouvera la liste aux pages 30-92. Il s’agit d’un instrument de travail tout à fait utile pour tous ceux qui doivent lire des documents de l’époque moderne concernant les territoires de la langue occitane. Continuer la lecture de CR de Patrice Poujade sur Thierry Verdier, Dictionnaire occitan-français des termes d’architecture XVIe-XIXe siècles

Vocabulaire de la charpente : programme de la journée d’étude

Le vocabulaire de la charpente

Journée d’étude organisée en collaboration avec le groupe de recherche LIGNA « Les charpentes méditerranéennes »

9 h 15 Accueil des participants

9 h 30

19 décembre 2013

Allocution de bienvenue (Nicolas Marty, Professeur d’Histoire contemporaine, Directeur du CRHiSM – EA 2984 et Doyen de la Faculté de LSH).
Et
Présentation de la journée et introduction (Caroline de Barrau, Université de Perpignan Via Domitia, CRHiSM- EA 2984).

Continuer la lecture de Vocabulaire de la charpente : programme de la journée d’étude

Vocabulaire de la charpente : présentation du thème

Le projet de recherche ARQUIMESA – Textes sur l’histoire des métiers de l’Occident méditerranéen de l’émergence des langues romanes aux sociétés industrielles – a été initié en 2011 et développé au sein du laboratoire CRHiSM (EA 2984), membre de l’Institut des Méditerranées (IDM FED 4164) de l’Université de Perpignan Via Domitia. Une première journée d’étude, le 6 décembre 2012, a été consacrée aux Livres de raisons d’artistes et correspondances de sculpteurs au XVIIIe siècle (publication en cours).

Pour la deuxième journée, la thématique retenue est : Le vocabulaire de la charpente. Le choix de traiter du matériau bois et de sa mise en oeuvre se justifie face à un constat clair : celui d’un paradoxe entre l’importance et l’omniprésence du matériau à l’époque médiévale et moderne et le peu d’études de références qu’on lui a consacrées. La question de la charpente, en comparaison avec le couvrement de pierre, est un thème qui a été très peu abordé. Continuer la lecture de Vocabulaire de la charpente : présentation du thème

Programme de la journée : livres de raison et correspondances de sculpteurs au XVIIIe siècle

Livres de raison et correspondances de sculpteurs au XVIIIe siècle

Accueil des participants

Allocution de bienvenue. Présentation du projet Arquimesa.
Nicolas Marty, Professeur, Doyen de la faculté de lettres
Julien Lugand, Maître de conférences, Université Perpignan-Via Domitia

« Le livre de raison de Jean Ferrère : le quotidien d’un sculpteur bigourdan (1754-1779) ». Laure Decomble, Université Toulouse-le Mirail

« Correspondances académiques. Le sculpteur Jean-Michel Verdiguier et l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille (1764-1770) ».
Emilie Motte-Roffidal, Université de Provence

Pause

« A la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire de l’art: pratiques d’un atelier de sculpture du XVIIIe siècle à travers la correspondance de Claude-Marie Galezot (1740-1770) ».

Continuer la lecture de Programme de la journée : livres de raison et correspondances de sculpteurs au XVIIIe siècle

Arquimesa

arquimesa_clair

Le carnet de recherche Arquimesa a pour vocation de mettre en valeur les travaux concernant les acteurs des métiers en Méditerranée occidentale du Moyen-âge à nos jours. La notion de métier est ici envisagée dans sa dimension juridique, technique, sociale autant que culturelle – par exemple à travers les désignations, les règles d’apprentissage, la construction des normes, le rôle des acteurs – dans un espace qui englobe les péninsules italienne et ibérique, les terres occitanes et les îles de la méditerranée occidentale.
La démarche : il s’agit d’associer l’étude et la valorisation des textes, documents et sources associés à une veille scientifique sur le thème des métiers. Le postulat est celui du décloisonnement dans un espace clivé tant au plan académique entre disciplines et périodes, qu’au plan institutionnel et géographique. Arquimesa se propose, notamment à partir des  des sources, d’ouvrir les espaces et de mettre en avant les perspectives comparatistes au sein de l’espace géographique de la Méditerranée occidentale.

Le Carnet de recherches Arquimesa souhaite être un espace de rassemblement d’informations, de discussions sur le monde des métiers, des activités et de leurs sources dans la méditerranée occidentale

Il a vu le jour au sein du CRHiSM EA 2984 de l’Université de Perpignan Via Domitia et se poursuit avec une équipe de chercheurs de l’Axe Acteurs Sociétés Territoires du CRESEM EA 7394.