Nouvelles des archives : Archives départementales de l’Aude les registres de comptes et de clientèle de Joseph Ruffel

 

CHIRURGIEN, OFFICIER DE SANTE ET VETERINAIRE  Première moitié XIXème siècle 

Né à Badens, le 25 février 1772 et décédé à Trèbes le 20 septembre 1856, Joseph Ruffel exerça dans l’Aude, pendant plus de 40 ans, les fonctions d’officier de santé, de chirurgien et de vétérinaire. Il appartenait d’ailleurs à une lignée de praticiens, puisque son père, François Ruffel, mort à 96 ans en 1843, était lui-même officier de santé, et que son fils Joseph-Denis prit sa succession. On ignore où il fit sa formation. Toutefois, il reçut son diplôme de chirurgien des mains du préfet de l’Aude le 27 prairial an XI, puis fut agréé par le jury départemental en qualité d’officier de santé le 3 fructidor an XIII.

Durant toute sa carrière (an XII-1849), il consigna soigneusement ses activités dans des livres de comptes tenus au jour le jour. Il y notait toutes ses visites, ainsi que ses déplacements dans les campagnes avoisinantes, mais aussi les actes chirurgicaux (réductions de fractures, amputations, extractions de dents…) ou médicaux (pose de sangsues…) effectués et les médicaments et autres produits délivrés aux patients.

Ses gros registres, remplis d’une écriture fine, fournissent donc de précieuses indications sur la pratique médicale de la première moitié du XIXème siècle et sur la pharmacopée utilisée à cette époque. On y retrouve un certain nombre de plantes connues, tels que la fleur d’oranger, l’arnica, la digitale, la camomille ou la menthe, mais aussi diverses potions (sirop de chicorée, huile de ricin, sirop de gomme arabique, sirop des cinq racines, sirop de guimauve…), des onguents (pommade de Saint Jean, teinture de quina…) et différentes pilules.

Parallèlement à cette comptabilité journalière, Ruffel s’astreignit également à tenir des registres de clientèle, dont deux ont été conservés pour la période 1818-1835. Ceux-ci permettent donc de récapituler pour un même patient toutes les affections dont il a été victime durant quatre ou cinq années, les visites du thérapeute, les actes médicaux effectués et les médicaments délivrés. Pourvus parfois de répertoires alphabétiques, ils fournissent également, comme la comptabilité, des indications géographiques, précieux indicateurs pour connaître la zone dans laquelle s’inscrivait l’activité de l’officier de santé.

Enfin, à côté des personnes, les animaux bénéficiaient aussi de l’attention et des soins du médecin de campagne qui était donc également vétérinaire. Bœufs, chevaux, vaches, mules et, plus rarement, moutons ou chiens étaient également soignés dans les exploitations agricoles des environs. Un certain nombre d’agriculteurs souscrivaient d’ailleurs un abonnement auprès du praticien, ce qui leur permettait ainsi de bénéficier de visites régulières.

Retrouvés dans un grenier et achetés par les Archives départementales de l’Aude en 1994, ces documents, rarement parvenus jusqu’à nous, sont conservés sous les cotes 3 J 1509-1515. A ce jour, ils n’ont fait l’objet d’aucune exploitation ou recherche historique.

                                   Claude-Marie Robion

Chargé d’études documentaires aux Archives départementales de l’Aude


Nicolas Marty

Nicolas Marty Professeur des Universités histoire Contemporaine, Catedràtic d'història contemporània Université de Perpignan, Universitat de Perpinyà

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *