Le livre de comptes du sculpteur Lluís Bonifàs y Massó (1730-1786)

             Lluís Bonifàs y Massó (1730-1786) est un sculpteur catalan originaire de Valls (près de Tarragonne), ville où il fit l’ensemble de sa carrière. Il fait partie d’une dynastie de sculpteurs qui travaillèrent en Catalogne, d’abord à Barcelone dès les années 1650, puis Valls à la fin du XVIIe siècle. Lluís Bonifàs est un des rares sculpteurs catalans de l’époque baroque a avoir suscité l’intérêt des chercheurs dès la fin du XIXe siècle, à une époque ou l’historiographie catalane ne s’intéresse qu’à la période médiévale. Cité à plusieurs reprises dans les histoires « locales », c’est César Martinell, un des grands historiens de l’art baroque catalan, lui-même originaire de Valls, qui lui consacrera ses premières recherches dans les années 1910. Rassemblant les archives sur l’artiste et sa famille, il inventorie et photographie ses oeuvres – qui, la plupart, disparaitront lors de la guerre civile. Pendant 30 ans, il publiera divers articles sur les Bonifàs: dès 1917, sur le livre de notes; dans les années 1920, sur la dynastie; en 1947, sur son « école de sculpture »; en 1948 enfin, un article présentant l’intégralité des connaissances biographiques et le premier catalogue des oeuvres de Lluís Bonifàs.

Le livre de notes, conservé en mains privées chez les descendants de l’artiste, fut rédigé en catalan entre 1755 et 1786. Il comprend une centaine de folios dont plusieurs sont vierges. Connu des historiens de Valls dès le XIXe, partiellement publié, ce livre de notes n’a jamais fait l’étude d’une étude approfondie en dépit d’une qualité remarquable. César Martinell, en 1917, en publia certes quelques extraits, s’intéressant surtout aux oeuvres qui y étaient mentionnées, afin de les mettre en rapport avec celles conservées.

            Mais ce livre n’est pas qu’un catalogue de contrats. C’est un document exceptionnel, unique à ma connaissance en Catalogne pour l’époque moderne – et les exemples pour le reste de l’Espagne à la même période sont tout aussi rares – à la fois livre de comptes et de raison, mêlant informations personnelles et professionnelles. Cela en fait un témoignage précieux du point de vue de l’histoire économique et sociale de l’art. Notre article propose, après une présentation formelle du document, d’évoquer quelques-uns des thèmes qu’il induit: le déroulement des chantiers, la relation aux commanditaires, la reconnaissance artistique (Lluis Bonifas obtint des commandes au delà de la Catalogne), la culture des artistes (qualité de l’écriture et de l’expression). En somme, une réflexion sur le métier de sculpteur, qui connaît, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, en Catalogne comme dans toute l’Espagne, une profonde mutation: création de l’Académie San Fernando (1757); création d’ « académies privées » émancipées de la tutelle des collèges de métier; reconnaissance sociale et financière…

Julien Lugand


Nicolas Marty

Nicolas Marty Professeur des Universités histoire Contemporaine, Catedràtic d’història contemporània Université de Perpignan, Universitat de Perpinyà

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *